Ce texte est la légende de la photo

Le glossaire b-Sharpe du change de devises


Lisez le glossaire b-Sharpe du change de devises, changez d’avis sur notre discipline et souriez (si, si vous allez voir...) !

N’hésitez pas à partager et à nous donner votre avis.

Banque : version 4 .0 du coffre-fort, pilier de l’économie Suisse. Elle se décline en banque d’affaires, en banques privées, en banques industrielles et commerciales, et même - ironie de syntaxe - en banques non banques (i.e. grands distributeurs qui sous l’effet de la compression de la marge commerciale vendent des produits financiers), sans oublier la dernière-née, la banque en ligne (dont pure players ou non banquiers 100% actifs on-line).
Une banque est donc entreprise qui produit et fait le commerce de services bancaires et autres services financiers. Elle est ainsi au cœur du commerce de l’argent, en responsabilité directe de la gestion des risques financiers. Elle peut se charger de vos opérations de change, de crédit … selon des taux et des conditions, qu’il vous faudra comparer, comme un acteur économique dégageant du profit.

BCE : la Banque centrale européenne (BCE) est la banque centrale des dix-neuf pays de l'Union européenne qui ont adopté l'euro. C’est la principale institution monétaire de l'Union européenne, établie sur un modèle fédéral.

A ne pas confondre avec la Banque Commune d’Epreuves … quoique sa principale mission puisse être considérée comme une épreuve : maintenir la stabilité des prix dans la zone euro et préserver ainsi le pouvoir d’achat de la monnaie unique et ce, de manière commune.

BNS : la Banque nationale suisse ou BNS (ou Swiss National Bank en anglais) est la banque centrale de la Suisse. La BNS est une société anonyme, qui ne l’est pas tant que ça dans la mesure où nul n’est censé ignorer ni son existence, ni ses missions :

  • La BNS veille à la stabilité du franc suisse en puisant dans ses réserves d’or et dans ses réserves monétaires de devise étrangère,
  • La BNS gère les comptes que la Confédération a ouvert dans cette banque pour effectuer les paiements,
  • La BNS émet les emprunts de la Confédération,
  • La BNS conseille la Confédération pour placer temporairement son argent.

Bureau de change : les bureaux de change sont des intermédiaires financiers dont le métier principal est le change manuel, c’est-à-dire l’échange immédiat d’une devise contre une autre. En tant que commerçants négociant des billets de banque, ils sont soumis à des règles spécifiques et doivent clairement annoncer leurs tarifs et leurs conditions de vente (taux de change, commission ou frais éventuels). Un bureau de change achète ses devises et suivant la rareté de la devise, il décide de son cours de vente et de son cours d’achat.

Clause d'indexation : dans le cas d’un accord de transaction de change à l’international, les contractants peuvent prévoir une clause d'indexation qui vise à prévoir contractuellement les modalités de partage du risque de change de transaction entre l'acheteur et le vendeur. Elle prévoit une compensation dans l'hypothèse où il y aurait une variation du cours de change de la devise choisie par les parties. Ainsi, le prix peut être modifié automatiquement pour se préserver des risques d'érosion monétaire : clause d’indexation sur la valeur de l'or (clause valeur-or) ou sur le cours d'une monnaie étrangère (garantie de change).

Cut off time : heure spécifique jusqu'à laquelle une transaction peutdoit être exécutée. C’est l’heure jusqu’à laquelle la passation d’ordres de paiements est possible pour être prise en compte le jour même. Ces procédures permettent d'affecter de manière cohérente les différentes opérations lors de l'arrêté des comptes, à chaque exercice comptable. Allez... Coupez. On en déjà trop dit !

Cours du jour : fixé chaque jour, le taux de change d'une devise est le cours de cette devise par rapport à une autre, au jour j. Côtés sur le marché des devises appelé "Forex", les taux de change varient en permanence en fonction des échanges et de la place de cotation. Le taux de change est déterminé par l'offre et la demande : si la demande de la première monnaie dépasse l'offre, son cours augmente par rapport à la seconde.

Couverture de change : la couverture est une pratique qui consiste à se protéger contre un risque non désiré. Employé aussi bien par les industriels, qui cherchent à se prémunir contre les fluctuations des marchés de capitaux, que par les investisseurs sur les marchés financiers. Pour un frontalier, la couverture de change est un contrat ferme entre sa banque et lui, qui lui permet de figer, au moment de la conclusion de l’opération, le cours de change d’une devise contre une autre, à une date future et ce, pour un montant défini.
Un conseil : évaluez votre couverture car vous pourriez prendre froid et vouloir changer 😉
Lisez notre avis sur la couverture de change

[/vc_column_text][vc_raw_html]JTNDZGl2JTIwaWQlM0QlMjJEJTIyJTNFJTNDJTJGZGl2JTNF[/vc_raw_html][vc_text_separator title="D" color="black" border_width="3"][vc_column_text]Date de valeur : date de prise en compte d'une opération bancaire donnée. Lors d’une opération de change, c’est la date à laquelle les devises seront créditées sur le compte. On parle d’une date de valeur spot, qui correspond à la date de livraison des devises pour une opération de change comptant. A distinguer de la date d’opération qui correspond à la date d’enregistrement de l’opération. Les deux peuvent être décalées d’un à plusieurs jours.
Or, pour le calcul des intérêts débiteurs ou créditeurs, on prend en compte la date valeur… Information qui a toute sa valeur, non ?

Devise : unité monétaire acceptée par un pays étranger. La "monnaie" est celle de son pays.

Direct debit : possibilité de faire débiter son compte directement. Le détenteur d’un compte (débiteur) autorise l’émetteur d’une facture (créancier) à comptabiliser le montant dû directement sur son compte bancaire pour paiement.

FED : Federal Reserve System ou FED. Contrairement aux raccourcis trompeurs, la Réserve fédérale est la banque centrale des Etats-Unis et non pas le diminutif du tennisman bâlois. La banque centrale américaine a le double mandat de veiller à la stabilité des prix tout en soutenant l'emploi. Responsable de la politique monétaire, notamment à travers la fixation des taux directeurs, donc du coût de l’argent, la FED surveille de près l'économie pour éviter une surchauffe : inflation, chômage, croissance intérieure et extérieure...

Figure : en jargon cambiste, il s’agit des trois premiers chiffres d’une cotation d’achat ou de vente de devises. Pour une cotation de 1,2530/40 en EUR/USD au comptant, par exemple, la figure est de 1,25. Pour plus de rapidité, les cambistes ne mentionnent que les pips, i.e. les 2 derniers chiffres sur les 5 4 à 65 chiffres significatifs donnés dans un marché « calme » et pour une devise « non exotique ». Ainsi, on dira qu’on monte d'une figure, si on passe de 1,25 à 1,26.

Forex : abréviation souvent utilisée pour désigner le Foreign Exchange, i.e. le marché mondial des devises. Le marché des changes est un marché mondial décentralisé, qui détermine les valeurs relatives de différentes devises. Cela désigne généralement les opérations de trading des investisseurs et spéculateurs sur le marché des changes. À la différence d'autres marchés, il n'y a ni dépôt, ni bourse centralisée dans lesquels les transactions sont effectuées. Les transactions sont réalisées de gré à gré. Vous pouvez acheter ou vendre toute paire de devises, à tout moment, selon la liquidité disponible. Il n'y a pas de "marché vendeur", dans le sens traditionnel du terme. Vous pouvez gagner (ou perdre) de l'argent que le marché soit en tendance haussière ou baissière.

Forward : « à terme » en anglais. Technique de gré à gré qui permet de fixer à l’avance un taux
IBAN : {International Bank Account Number} numéro de compte bancaire international répondant à la norme internationale ISO. Composé de 21 caractères pour la Suisse : 4 caractères (2 lettres pour le pays : CH et 2 chiffres), puis de l’identifiant de la banque (SWIFT ou BIC) et du numéro de compte. Il permet les transactions entre acteurs économiques de la zone euro et contribue au développement des échanges.[/vc_column_text][vc_raw_html]JTNDZGl2JTIwaWQlM0QlMjJNJTIyJTNFJTNDJTJGZGl2JTNF[/vc_raw_html][vc_text_separator title="M" color="black" border_width="3"][vc_column_text]

Marché au comptant (spot) : marché où les achats et les ventes d'actifs financiers sont réglés et livrés à J+2, contrairement aux transactions à règlement différé ou au marché à terme . Dans un marché au comptant, ce sera donc le prix spot qui primera pour évaluer le montant de la transaction. L'investisseur doit posséder les actifs nécessaires au règlement des ordres passés pour que la transaction s'effectue.

Marché à terme : marché dans lequel des transactions donnent lieu à un paiement et une livraison à une échéance ultérieure. Le produit phare de ces marchés, le contrat à terme, est un contrat par lequel un acheteur s’engage à acheter au vendeur toutes sortes d'actifs : devises, taux d'intérêt, matières premières minérales, agricoles ou d'énergie et ce, à une échéance donnée.
Par opposition aux opérations de livraison différée (« forward » sur les marchés de gré à gré), les caractéristiques des contrats à terme sont standardisées : qualité de la marchandise livrable, quantité ou unité de négociation, échéances et conditions de livraison sont fixées par avance. Seul le prix est discuté par les opérateurs.

Marge : nul besoin de regarder « le Loup de Wall Street » et sa célébrissime leçon «vends-moi ce stylo !» pour comprendre que la marge est un indicateur clé de toute opération commerciale ou bancaire. Stricto sensu, elle se définit comme l’écart entre le prix de vente et le prix d’achat. La marge peut concerner un bien acheté (marchandise), un bien produit (produit) ou un service (prestations de services), dans le cas d’une opération de change, par exemple.

NDF (non deliverable forward) : quand une monnaie n'est pas délivrable. Il s'agit d'un instrument destiné à couvrir le risque de change sur des devises pour lesquelles l'accès à un marché de change à terme est (très) restreint voire interdit aux non-résidents. Sur le principe, un NDF est équivalent à un contrat de change à terme, excepté qu'à l'échéance il n'y aura aucune livraison de la devise locale. Destiné à couvrir le risque de change sur la devise ne pouvant être négociée sur le marché du change à terme classique, la devise convertible est généralement l'US Dollar mais il est possible de traiter contre Euro, Franc Suisse, Livre Sterling, etc. Un contrat "non deliverable forward" porte sur un montant fixe dans la monnaie locale. Les contreparties se mettent d'accord sur une date d'échéance, sur un cours de change à terme ainsi que sur la façon dont sera déterminé le cours de référence (à l'échéance).

Opération à terme : contrat ferme entre la banque et son client, qui permet au client de figer, au moment de la conclusion de l’opération, le cours de change d’une devise contre une autre, à une date future, pour un montant défini.
L’opération à terme permet au client de figer et de garantir au moment de la conclusion de l’opération, sans payer de prime, un cours d’achat / de vente de ses devises pour une opération dont l’échéance et le montant sont déterminés. Elle permet de couvrir le risque de change d’une opération commerciale en devises. L’entreprise connaît ainsi le cours auquel il cèdera ou achètera la devise dans le futur. Le cours est définitif quel que soit le cours de la devise à l’échéance. Elle ne peut pas bénéficier de l’évolution favorable de la devise.

Option de change : l'option de change est un contrat donnant à son acquéreur le droit (et non l'obligation) d'acheter ou de vendre un montant donné de devises à une date (ou pendant une période) déterminée et à un cours fixé par avance appelé prix d'exercice, moyennant le paiement d'une prime.

Parité : sur le marché du Forex, il indique le point exact où deux monnaies ont une valeur égale : le taux de change entre ces deux monnaies vaut 1. Egalement utilisé dans les options, la valeur d’une option est alors égale à la valeur intrinsèque.
Plus tangible comme concept monétaire que la parité hommes-femmes (où chaque sexe serait représenté à égalité dans les institutions), ce phénomène exceptionnel a eu lieu lors de l’abandon du taux plancher en 2011.

Pips : C’est l’unité de variation du taux de change d’une paire de devises) en points. Concrètement, il s’agit des 2 derniers chiffres d’une cotation sur les 4 à 5 chiffres significatifs donnés dans un marché de devises. Dans notre exemple de cotation de 1,2530/40 en EUR/USD, les pips sont de 30/40.

RIB : relevé d’identité bancaire pour les intimes. Sorte de code barre bancaire tout aussi connu que son compatriote, le code NIP : il permet de faciliter les échanges et réduire les coûts de transaction, en normalisant les numéros de compte et les caractéristiques des opérations bancaires. Pourquoi ? Parce qu’il y autant de types d’opérations et de comptes que de spécialités régionales … C’est donc tout aussi important de pouvoir donner son RIB que son 079. Vous avez compris.

Risque de change : variations des cours de change qui peuvent remettre en question les rentabilités d’un investissement.

SEPA : "Single Euro Payments Area" littéralement « espace de paiement en euro unifié ». Il a été mis en place par les banques membres du Conseil Européen des paiements, afin d’harmoniser les moyens de paiement en euros entre les pays membres, dont font partie les pays de l’Union européenne, Monaco, le Liechtenstein, … et la Suisse. Le SEPA concerne les virements, les prélèvements et l’utilisation de la carte bancaire. Concrètement, cela permet permettant aux utilisateurs (consommateurs, entreprises, commerçants et administrations) d’effectuer des paiements en euros dans les mêmes conditions partout dans l’espace européen, aussi facilement que dans leur propre pays.

SPOT (marché au comptant) : « cours spot » lorsqu'on considère le cours actuellement en vigueur pour une transaction immédiate. Le cours spot s'oppose au cours forward (à terme).

Spread : correspond à un écart de taux (vente et achat le plus souvent).
Si on prend l’exemple d’une cotation EUR/USD de 1,25 {30} / {40}, l'écart entre le « bid » (i.e. le prix auquel le coteur achète) et le «ask » (i.e. le prix auquel le coteur vend) s'appelle le spread.
Déterminé par le cambiste, le spread se fixe en fonction du montant traité, de la nervosité du marché et de son « sentiment ».

SWAP : produit financer dérivé. C’est un échange de créances ou de devises différentes à des termes différents (à un taux d’intérêt fixe ou variable) dans des pays différents.
Les SWAPS sont des contrats d’échange de flux :

  • Soit swaps de taux : échanges portant sur des emprunts.
  • Soit swaps de change et de devises : contrats d’échanges de devises.

1. Swap de change : une transaction financière dans laquelle deux parties s’engagent à échanger des devises aujourd’hui au cours du change au comptant et à échanger les mêmes devises à l’échéance du contrat au cours de change à terme. Il n’y a pas d’échange d’intérêts uniquement des échanges de devises au départ et à la fin du swap, selon une durée de vie inférieure à un an.

2. Swaps de devises sur le marché de gré à gré, à plus long terme : ce sont des échanges de conditions de financement.

But : diversifier et donc optimiser les portefeuilles des créances des banques et des entreprises.

A ne pas confondre avec le swap version blogosphère (échanges de cadeaux entre internautes autour d’un thème ex. swap de produits amincissants vs bouquins de cuisine), le wrap (même si « plus l’opération est bien ficelée, plus elle vous apportera satisfaction ») ou avec le swag : qui a du style, est charismatique (seul point commun tout swag que si respecte, se doit de respecter les règles de la « swaguitude », qui par définition varient selon les pays et les modes).

SWIFT : acronyme de Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication. Fondée sous forme de coopérative bancaire, elle fournit aujourd’hui des services de messagerie standardisée de transfert interbancaire et des interfaces à plus de 10 800 institutions dans plus de 205 pays. La société gère l'enregistrement des codes BIC. Raison pour laquelle, le terme « Code SWIFT » est parfois utilisé pour désigner le BIC, lié au code IBAN. Le code SWIFT identifie une banque, il est composé d'un code pays, d'un code banque, d'un code pour localiser la banque et enfin, d'un code pour identifier l'agence. Ex. : BCGECHGGXXX.

A ne pas confondre avec le langage de programmation de la marque à la pomme ou le nom d’un modèle de constructeur japonais.

Taux de change : cours (i.e. le prix) auquel il est possible d'acheter ou de céder une devise contre une autre. Flottant, le taux de change est déterminé à chaque transaction par l'équilibre entre offre et demande sur les marchés des changes et s’échange soit en cours spot ou « au comptant » (en général, 2 jours ouvrables), soit un cours forward ou « à terme », à une date d'échéance future.

Taux de change interbancaire : le taux de change interbancaire est le taux dynamique auquel les banques s'échangent des devises entre elles, sur le marché interbancaire, marché réservé aux banques.

Taux plancher : fixé en 2011 par la BNS à hauteur de 1,20 franc pour un euro, le taux plancher avait pour but de lutter contre l'appréciation du franc et de protéger les exportations des PME suisses. Il a été abandonné en janvier 2015 car l’achat en masse d’euros n'était plus viable pour l'institution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Retour haut de page

Send this to a friend