La gestion du risque de change pour les entreprises

Le risque de change est une réalité contre laquelle les PME qui exportent et qui importent doivent se protéger.

Dans le cadre d’achats ou de ventes pour des montants importants, une mauvaise évaluation du risque de change peut avoir pour conséquence une perte de marge suffisamment importante pour qu’elle compromette la rentabilité de l’opération, voire qu’elle provoque des pertes pour l’entreprise.

Nous allons donc voir dans la suite les principales techniques de couverture qui permettent de minimiser le risque de change des entreprises, et les services de change que b-Sharpe propose aux PME suisses pour leurs activités d’exportation et d’importation.

 Les conséquences d'une absence de couverture de change

Une PME exportatrice ou importatrice qui vend ou achète des biens ou services dans une devise étrangère peut décider de ne pas se couvrir contre le risque de change. Dans ce cas, l’opération de change est passée au comptant, avec le taux de change du jour de l’opération, lorsque l’entreprise dispose effectivement des devises à changer. Or une entreprise peut avoir facturé son client des semaines ou des mois auparavant.

Les conséquences d’une telle opération de change pour une entreprise sont les suivantes :

  • le taux de change est favorable à l’entreprise : elle gagne de l’argent sur l’opération de change
  • le taux de change est défavorable à l’entreprise : elle perd de l’argent sur l’opération

Vous l’aurez compris, dans cette situation on n’est pas très loin du jeu de hasard, ce qui, dans une optique de saine gestion et de limitation du risque, n’est pas forcément souhaitable. Aussi, pour éviter ce phénomène risqué, les établissements financiers proposent différentes techniques de couverture.

b-Sharpe, spécialiste du change pour les entreprises et particuliers, propose non seulement des taux de change parmi les plus attractifs du marché, mais peut également vous conseiller sur différentes stratégies dans le but d’optimiser vos opérations de change et de réduire votre risque de change.

Différentes techniques de couverture pour minimiser le risque de change

Facturer en devise locale

Une PME suisse peut par exemple décider de facturer en francs suisses la vente de biens à une entreprise étrangère. Dans cette situation, l’entreprise suisse réduit à néant son propre risque de change, mais le bascule sur son client : d’un point de vue du risque, c’est une situation idéale pour l’entreprise exportatrice, mais sur le plan commercial, cela signifie que le client intégrera ce risque de change dans l’évaluation de la proposition commerciale. Aussi, si l’entreprise exportatrice est en compétition avec d’autres concurrents dans le cadre d’un appel d’offre par exemple, une telle proposition peut réduire l’attrait de l’offre.

Facturer en devise étrangère

Une PME suisse qui exporte peut facturer en devise étrangère. L’avantage principal dans ce cas est commercial, car cela permet à l’entreprise cliente de maîtriser totalement son budget, et de pouvoir comparer l’offre commerciale avec tous les fournisseurs potentiels dans le cas d‘un appel d’offres. Pour l’entreprise suisse, le problème intervient au niveau du risque de change. Pour une entreprise suisse qui importe, le problème peut venir du fait que le fournisseur impose une facturation en devise étrangère, ce qui fait là aussi prendre le risque de change à l’entreprise suisse.

Les clauses d'indexation

Dans le cas où l’entreprise facture (ou est facturée) en devise étrangère, il est possible de mettre en place certains mécanismes qui permettent de limiter le risque. Ces mécanismes sont en général des clauses contractuelles à insérer dans les contrats de vente ou d’achat. Ces clauses sont en général le résultat de négociations, ou sont du moins des éléments à part entière de la négociation. Les clauses d’indexation sont en général spécifiques et traitées au cas par cas. Parmi les différentes clauses d’indexation possibles, on trouve :
  • La clause d’indexation sur une devise ou un panier de devises : client et fournisseur décident ici d’indexer le montant de la transaction à une devise qui n’est ni celle du client ni celle du fournisseur. Dans certains cas, les 2 parties peuvent également se mettre d’accord  sur une indexation à un panier de devises. Ici, la volonté du client et du fournisseur est de répartir le risque de change et de ne pas le faire prendre plus sur l’un que sur l’autre.
  • La clause de change multiple : avec cette clause, client et/ou fournisseur peuvent décider de régler la transaction dans une des devises inscrites dans le contrat. Par exemple, avec un tel contrat, un acheteur pourra décider de régler soit en francs suisses, soit en euros, soit en dollars la facture, pour autant que le contrat prévoit une telle clause et ainsi que les 3 devises. Cette clause est également appelée “clause multi-devises”.
  • La clause de risque partagé : un contrat qui inclut une clause de risque partagé permet de gérer la période allant de la facturation au règlement de la facture, en faisant prendre en charge contractuellement une partie des variations par l’acheteur, et une autre partie par le fournisseur. En règle générale, la répartition est de 50/50 : le risque est donc partagé.
  • La clause d’indexation “tunnel” : ce type de clause prend comme référence un cours précis. Ce cours est alors associé à une variation en % qui donne alors la limite maximale et minimale du cours à partir duquel la devise peut évoluer sans qu’il n’y ait d’incidence sur le prix de la transaction. En revanche, dès lors que les limites sont dépassées, le prix de la transaction est impacté d’autant. Par exemple, un contrat peut décider que les prix sont fixés sur un taux de change EUR/CHF de 1,10, avec un pourcentage de 2%. Tant que le taux est compris entre 1,10 – 2% (soit 1,078) et 1,10 + 2% (soit 1,122), alors le prix de la transaction ne change pas.

La clause d’option de devises : avec ce type de clause, il est prévu contractuellement un cours de change (minimum ou maximum) à partir duquel il devient possible à l’acheteur ou au vendeur (selon le contrat) d’effectuer la transaction dans une autre devise. Par exemple, un tel contrat pourrait prévoir qu’à partir d’un taux de change EUR/CHF de 1,30, l’acheteur puisse régler la facture en dollars. Vous noterez que dans ce cas, il s’agit bien d’une option et non d’une obligation.

La compensation

La compensation, appelée aussi “netting” est une technique qui consiste à faire en sorte qu’une entreprise prenne en compte l’ensemble des entrées et sorties qu’elle a pour une devise donnée, pour que ces entrées et sorties se compensent au mieux les unes par rapport aux autres, et permettent ainsi de réduire le risque de change.

Par exemple, une entreprise suisse qui achète pour 200’000 EUR de marchandises, et qui revend à une autre société 250’000 EUR de marchandises sera :

  • soumise à un risque de change sur la somme de 250’000 – 200’000 = 50’000 EUR si elle utilise la technique de compensation
  • soumise à un risque de change de 250’000 + 200’000 = 450’000 EUR si elle n’utilise pas la technique de compensation

Les solutions pour limiter le risque de change de votre entreprise

Quelle que soit votre situation (entreprise suisse ou étrangère qui exporte ou qui importe), nos professionnels du change peuvent vous conseiller pour optimiser au mieux vos échanges en devises et limiter au maximum le risque de change.
En plus des services de change que commercialise b-sharpe, nous pourrons vous présenter en toute objectivité les différentes solutions que peuvent vous proposer les autres intermédiaires bancaires et financiers, comme par exemple les services de change à terme (le change à terme permet de déterminer par contrat un cours de change à une période déterminée) ou les options de change (l’option de change permet, contre le paiement d’une prime, de bénéficier d’un cours de change prédéfini à une période donnée, l’option étant exercée ou pas).

Cela peut vous intéresser...

b-sharpe choisit Onfido, la meilleure solution de validation d’identité de sa catégorie, pour la certification de ses clients [COMMUNIQUE DE PRESSE]

b-sharpe choisit Onfido, la meilleure solution de validation d’identité de sa catégorie, pour la certification de ses clients [COMMUNIQUE DE ...

Qu’est-ce que notre partenariat avec la Coopérative Migros Genève va apporter aux clients b-sharpe ?

Qu’est-ce que notre partenariat avec la Coopérative Migros Genève va apporter aux clients b-sharpe ? Temps de lecture : 2 ...

b-sharpe et Migros Genève signent une alliance stratégique [COMMUNIQUE DE PRESSE]

b-sharpe et Migros Genève signent une alliance stratégique [COMMUNIQUE DE PRESSE] Migros Genève entre dans le capital de la fintech ...

Calculez vos économies

économie réalisée :

par rapport à une banque

Taux b-Sharpe :

Frais d'opération : 0 CHF

Date prévue de réception des fonds:

2019-12-15 (24h)

Nos clients parlent de nous...

Rapide et avantageux...

Berthoud Micheline

J'ai aimé la réactivité du service et les moyens mis en oeuvre pour résoudre mes problémes. Tout nouveau utilisateur mais jusqu'ici, je ne suis pas déçu.

Jonathan de Flaugergues

L ouverture du compte aucune difficulté, si problème vous téléphonez et on vous guide. Le taux de change appliqué très bien !

DELACHENAL Marie Dominique

Sans pb. Taux compétitif v banque classique

Dumas Christian

Excellent accueil et renseignements sur le chat et au téléphone avec les différents collaborateurs. Service rapide et efficace. Merci.

Ajd

Virement réalisé de UBS à Bousorama en moins de 24h.

Vincent

Creation du compte super rapide, les démarches de transfert sont très simples, et le temps de versement très court, très bonne experience avec B Sharpe qui permet de profiter des meilleurs taux de conversion possibles!

Kim

rapide et facile

Caillet Sebastien

simple , rapide , efficase

Perrot Frederic

Excellent, service client rapide et efficace comme le service de change.

M. G

Faites 70% d'économie en moyenne sur le rapatriement de votre salaire, sans changer de banque

Les questions les plus fréquentes...

Comment b-sharpe calcule ses taux de change?

Pour chaque transaction, le taux de référence utilisé par b-sharpe est celui en temps réel du marché interbancaire. Notre plateforme est en effet connectée en continu avec les acteurs majeurs du marché des devises.

Pour plus d’information sur le taux de change, consultez cet article de blog : Comment est calculé un taux de change ?

Ainsi, nos clients sont assurés que le taux de change que b-sharpe leur appliquera restera toujours aussi peu écarté du cours réel d’une devise, et donc de ne pas payer plus cher pour leurs transactions en devises étrangères.

Quelles devises sont disponibles chez b-sharpe ?

Avec b-sharpe, vous pouvez accéder à plus de 20 devises parmi les plus courantes : CHF, EUR, GBP, USD, CAD... La liste complète des devises disponibles est accessible depuis notre convertisseur de devises.
Une devise que vous souhaitez traiter ne s'y trouve pas ? Prenez contact avec nous, nous traitons à la demande également d'autres devises.

Dois-je changer de banque pour utiliser b-sharpe ?

Vous n’avez pas besoin de changer de banque pour utiliser b-sharpe. Notre service de change de devises en ligne vient comme un complément de votre dispositif bancaire habituel.

Concrètement, que vous soyez un particulier ou une entreprise, b-sharpe va vous transmettre un numéro de compte (IBAN) sur lequel vous devrez virer le montant d’argent que vous souhaitez changer. b-sharpe peut vous communiquer des IBAN dans plus de 20 devises différentes.

A réception de l’argent sur le compte, b-sharpe procédera au change, et retournera les fonds ainsi changés sur le compte que vous nous aurez transmis.

Important : b-sharpe n’est pas une banque et n’a, de fait, pas le droit de conserver l’argent de ses clients plus de 24h. L’argent transféré sur nos comptes est, à réception, changé puis retourné immédiatement.

questions_frequentes
Retour haut de page