Recevez notre newsletter

Taux de change EUR/CHF : quelles sont les prévisions pour 2022 ?

2 minutes de lecture

Alors que la guerre en Ukraine dure depuis plusieurs mois, et que l’inflation n’en finit pas de faire grimper les prix, nombre d’acteurs économiques présents en Suisse s’interrogent quant à l’évolution du taux de change entre l’euro et le franc suisse.

Taux de Change EUR/CHF : Quelles Prévisions pour 2022 ?

Et pour cause, le premier, plus durement touché par l’inflation mais bénéficiant de la reprise économique post-Covid, pourrait bien s’apprécier face au second, davantage perçu comme une réserve de valeur…

Découvrez la tendance anticipée par les grandes institutions bancaires concernant l’évolution du taux de change EUR/CHF au cours des prochains mois, jusqu’à la fin de l’année 2022.

À noter : Les tendances décrites dans cet article ne sont bien sûr que des prévisions qui, bien qu’effectuées par les institutions les plus sérieuses, n’engagent pas la responsabilité de b-sharpe.

Changez vos devises simplement et en toute sécurité

Are you looking for the best Swiss Franc / Euro foreign exchange rate?

Un contexte de crise incertain

Suivies de très près par les acteurs économiques suisses et frontaliers, les prévisions des grandes banques et des experts du marché quant à l’évolution du taux de change entre l’euro et le franc suisse s’avèrent particulièrement complexes à effectuer ces derniers mois. 

Alors que la crise sanitaire mondiale a grandement perturbé le cours de l’économie ces deux dernières années, du fait des nombreuses restrictions mises en place par les différents gouvernements européens (de la fermeture de certains commerces au confinement le plus strict de la population), la levée de la plupart desdites restrictions en début d’année a engendré des goulots d’étranglement logistiques, conséquence inévitable d’une forte reprise de la demande face à une production encore enlisée dans les normes sanitaires et le manque de personnel.

Si l’activité et la croissance économiques ont bel et bien fait leur retour à la fin de l’hiver, ces difficultés d’approvisionnement couplées aux mesures de soutien des banques centrales ont créé une situation d’inflation globale. Une hausse généralisée des prix impactant inévitablement le marché des devises, mais que beaucoup d’experts considéraient alors comme un simple soubresaut du marché après deux années de crise et de soutien historique de la part des institutions bancaires.

Toutefois, la récente crise liée au conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui dure depuis le 24 février dernier, est venue de nouveau bousculer les prévisions. Avec une inflation galopante, notamment sur les prix des carburants et des matières premières alimentaires, et une situation économique incertaine pour les deux nations impliquées dans cette guerre, difficile de prédire quel sera l’état du taux de change entre les deux monnaies phares de la Confédération helvétique d’ici la fin de l’année 2022…

Les prévisions de Credit Suisse

En début d’année 2022, une vaste étude menée par Credit Suisse auprès de 1 100 entreprises helvétiques donne une bonne idée des prévisions concernant l’évolution du taux de change EUR/CHF pour les mois à venir. L’étude précise que sur l’ensemble des entreprises consultées, 80% réalisent les achats d’une partie de leurs intrants dans la monnaie unique, tandis que près de 70% vendent leurs produits ou services en francs suisses. 

À cette occasion, les acteurs économiques interrogés, ainsi que les stratèges de change de Credit Suisse, prévoient tous la fin de la tendance baissière que le taux de change EUR/CHF affiche depuis 2017. Ils anticipent ainsi une légère appréciation de l’euro par rapport au franc suisse : les entreprises tablent sur un taux de change de 1,08 fin 2022 (contre 1,05 fin 2021), alors que Credit Suisse pousse cette tendance encore plus loin, en prévoyant un taux de 1,10.

Pourquoi une telle appréciation de l’euro vis-à-vis du franc suisse au cours des prochains mois ? La situation d’inflation, plus prégnante en zone euro qu’en Suisse, laisse à penser que la Banque centrale européenne (BCE) devra relever ses taux d’intérêt plus tôt que la Banque nationale suisse (BNS). 

Dans le même temps, l’utilisation du franc suisse comme réserve de valeur, qui a contribué à son appréciation durant les mois les plus difficiles de la crise covid, devrait diminuer, entraînant logiquement une légère dépréciation de la monnaie helvétique. Enfin, comme il l’a démontré par le passé, les contextes de reprise économique sont favorables à l’euro.

Mise à jour : Contre toute attente, la BNS a finalement décidé de relever ses taux d’intérêt dès le 16 juin dernier (une première depuis septembre 2007), faisant passer ces derniers de -0,75 à -0,25%, et ce, afin d’éviter la propagation de l’inflation.

Dans le même temps, l’utilisation du franc suisse comme réserve de valeur, qui a contribué à son appréciation durant les mois les plus difficiles de la crise covid, devrait diminuer, entraînant logiquement une légère dépréciation de la monnaie helvétique. Enfin, comme il l’a démontré par le passé, les contextes de reprise économique sont favorables à l’euro.

Changez vos devises simplement et en toute sécurité

Are you looking for the best Swiss Franc / Euro foreign exchange rate?

La guerre en Ukraine et l’inflation au cœur des anticipations

L’angle mort de ces prévisions est bien entendu la crise ukrainienne. Si Credit Suisse annonçait déjà, en début d’année, que l’inflation serait l’un des trois paramètres majeurs susceptibles d’influer sur le taux de change entre l’euro et le franc suisse, l’institution ne pouvait anticiper une hausse des prix encore supérieure, due à un conflit armé en Europe ! 

Si l’économie suisse est clairement mieux protégée que la zone euro face à ce phénomène, il a tout de même remis en cause, en mars dernier, les prévisions de la BNS : celle-ci anticipait un taux d’inflation de +2,1% sur l’année 2022, puis de seulement +0,9% en 2023, alors qu’il a déjà atteint +2,5% en avril. Nul doute qu’il s’agit d’une donnée à suivre de près pour prévoir l’évolution de la paire EUR/CHF.

Dans le même temps, la Commission européenne a annoncé, au mois de mai dernier, avoir revu ses prévisions de croissance à la baisse (lui retirant 1,3 point pour l’établir à 2,7% sur l’année 2022) et sa prévision d’inflation à la hausse (de 3,5 points pour l’établir, à 6,8% sur l’année) concernant l’ensemble de la zone euro. 

Des tendances entièrement dues à la guerre en Ukraine, et qui viennent nuancer quelque peu les anticipations effectuées au sein de l’enquête menée par Credit Suisse en début d’année. En effet, une moindre croissance économique européenne et une inflation galopante, notamment sur les prix de l’énergie, pourraient limiter l’appréciation de l’euro vis-à-vis du franc suisse.

Crise sanitaire, difficultés d’approvisionnement, inflation et désormais conflit russo-ukrainien… Nul doute que ces deux dernières années ont été mouvementées sur les marchés ! Si les grandes banques anticipent une légère appréciation de l’euro face au franc suisse au cours des prochains mois, difficile dans un tel contexte de l’affirmer avec certitude.

Quoiqu’il en soit, toutes les institutions bancaires incitent les entreprises à se prémunir contre le risque de change, face aux aléas du marché. Pour ce faire, n’hésitez pas à solliciter les services spécialisés de b-sharpe !

Réagissez à cet article !




Commentaires

  1. Jonathan commente :

    Bonjour,

    La fin de l’année se rapprochant à grands pas, l’Euro ne semble pas vraiment remonter face au CHF. Les prévisions des entreprises suisses et de Crédit Suisse sont-elles toujours aussi optimistes pour le CHF (autour de 1,08-1,1) pour la fin de l’année?

    • Meïdy Baffou commente :

      Les tensions géopolitiques et la presque “dépendance” la zone euro aux importations russes font que les prévisions semblent très optimistes. N’hésitez pas à télécharger l’application b-sharpe afin de créer des alertes de taux et suivre au plus près la situation pour les mois qui arrivent.