Actualité > Evolution de l’EUR CHF : webinar d’avril 2019

Evolution de l’EUR CHF : webinar d’avril 2019

webinar_avril-2019

Claire Delpierre

Content & Community Manager

Temps de lecture : 2 min

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    L’EUR CHF a depuis quelques semaines baissé significativement, pour atteindre des minima qui n’ont pas été observés depuis plusieurs mois. Est-ce l’euro qui perd du terrain, ou le franc suisse qui en gagne ? Pour quelles raisons l’euro franc suisse se comporte-t-il ainsi ?

    Le replay du webinar du 16 avril 2019

    Nous organisons régulièrement des webinars sur l’EUR CHF qui sont suivis par des centaines de personnes. C’est notamment l’occasion d’échanger en direct et de poser vos questions à nos spécialistes.

    Les intervenants

    • Xavier de Villoutreys est le responsable du Trading chez b-sharpe. Il suit l’évolution des principales paires de devises, et est en contact quotidien avec des PME et particuliers.
    • David Talerman est l’auteur de « Travailler et vivre en Suisse »

    Retranscription

    Aujourd’hui, nous allons essayer d’analyser ce qui s’est passé durant ce dernier trimestre qui, comme vous l’avez constaté, a été un peu mouvementé. Notamment sur le franc suisse où l’euro a été fortement sous pression et descendu en dessous des 1.12. Puis nous allons analyser un peu tout ça, pour vous partager notre sentiment pour la suite de l’année.

    Mi-janvier, on était au niveau des 1.1350, juste avant le gros décrochage qu’on a pu constater. Un gros décrochage assez rapide et assez intense quand on est descendu effectivement de 1.1350 à à peu près 1.1175 pour le minimum.

    Quelles sont les raisons de cette chute de l’eur chf ?

    C’est un ensemble de facteurs. Ce sont principalement des chiffres économiques, à la fois américains et européens, qui ont amené les marchés financiers à revoir leurs perspectives et ce qui a contribué à faire renforcer le franc suisse avec son statut de valeur refuge.

    Et puis, ces chiffres économiques sont décevants. Surtout ce sont ces chiffres économiques qui ont conduit les différentes banques centrales que soit la Fed aux États-Unis, la BCE en Europe, à revoir leur programme de normalisation de leur politique monétaire. Les deux banques centrales prévoyaient quand même des hausses de taux sur 2019 et une baisse des injections de liquidités pour la BCE, et donc elles ont revu un peu leur programme.

    Ce qui a renforcé l’effet de baisse de l’euro, notamment contre le franc suisse, mais aussi contre le dollar, contre le yen, etc.

    Et puis, il y a eu ces tensions autour du Brexit avec la deadline qui était fin mars. Au fur et à mesure que le temps avançait, ils n’avaient toujours pas de deal. Les différents votes du Parlement britannique rejetaient toute forme de proposition du gouvernement de Theresa May, ce qui a amené une certaine forme de volatilité sur les marchés et un renforcement des valeurs refuges dont fait partie le franc suisse.

    Pourquoi l’euro et-il remonté ?

    Ça ne vous a pas échappé non plus que l’euro est bien remonté depuis, puisqu’on est de nouveau autour des 1.1350. Le principal facteur explicatif, c’est le report du Brexit qui était fixé au 31 octobre prochain. Ce report, évidemment, augmente la probabilité d’un deal. C’est pour ça que l’euro est remonté.

    Quelles sont les prévisions court moyen terme ?

    Concernant le futur, ce que je pressens, c’est qu’il pourrait y avoir encore des dépressions baissières sur l’euro à court terme, court moyen terme dans les trois prochains mois, dans la mesure où les chiffres économiques vont continuer.

    Après, les marchés actions vont continuer, à mon avis, à augmenter et à monter, puisque les taux restent quand même très bas, surtout en Europe, les injections de liquidités vont continuer, ce qui va notamment favoriser les banques, notamment italiennes, qui avaient potentiellement des problèmes de refinancement pour 2019. Là, ça repousse les échéances, donc les marchés vont continuer à monter, mais les chiffres économiques vont continuer à être décevants, ce qui pourrait mettre un peu de pression sur l’euro. Mais effectivement, à moyen terme, 3 mois, je le revois quand même monter vers les 1.15 pour les trois prochains mois.

    Et puis, fin 2019, début 2020, on va retourner vers les 1.20. Encore une fois, toutes choses étant égales par ailleurs.

    Regardez la vidéo du webinar pour consulter en intégralité l’analyse de notre expert.

    Laissez un commentaire