Banque ou bureau de change : que préférez-vous pour changer vos CHF en EUR ?

Quand le jour le plus déprimant de l’année, le "Blue Monday", rime avec vacances passées, c’est le signe qu’il faut y songer. Songer à s’accorder une pause luminosité, synonyme de boost d’énergie et de lutte contre le stratus météorologique et psychologique qui s’impose à notre mental, en cette troisième semaine de janvier. Cela n’en sera que plus profitable pour la reprise de cette nouvelle année.

Une pause, qui - de l’image du bord de mer de vos dernières vacances, en fond d’écran - vous conduit subrepticement à surfer sur les sites de réservation de voyages et donc de votre compte en banque.
Imaginez-vous : "je veux partir une semaine au soleil en Europe, en famille, avec mes enfants et avant l’été. Il me faut réserver maintenant pour bénéficier de la proposition "all inclusive" la plus avantageuse. Mon budget est de 3’000 Francs suisses. Il comprend les vols vers une destination ensoleillée en Europe, l’hébergement, les spécialités de la destination et les activités des enfants. Dois-je changer mes 3’000 francs auprès d’une banque ou auprès d’un bureau de change ?"

Ça y est, vous y êtes ? Nous avons fait l’exercice pour vous et vous en livrons la conclusion pour que, dès le change de vos devises, vous soyez en vacances, ayant pesé le pour et le contre. Soulagé, certain d’avoir pris la bonne décision, vous aurez gagné en temps, en facilité et rapidité de démarches mais aussi et surtout en pouvoir d’achat.

# Pour ou contre changer vos CHF en EUR auprès d’une banque ?

Votre banquier, vous l’aimez. Grâce à lui, vous avez négocié votre crédit immobilier sur les trente prochaines années, en espérant avoir fait le bon choix entre taux fixe ou taux variable, il a effacé les frais de commission de votre dernier découvert et facilité les prêts étudiants de vos enfants. Bref, vous lui faites confiance. Ayant opéré sa mue digitale, il vous permet même de gérer votre portefeuille épargne et de régler vos opérations courantes online. Vous pourriez presque croire aux publicités TV qui le rendent capable d’être à la fois proche de vous et disponible en tout temps. Proximité et disponibilité. Vous pourriez presque aussi lui parler de vive voix de vos prochaines vacances.

Presque. Parce que pour changer 3’000 francs suisses en euros et vous permettre de réserver vos vacances en zone euro, il ne vous sera d’aucune utilité. Cela pourrait même s’avérer très onéreux. Démonstration.

Tout commence avec le taux de change interbancaire

Qu’en est-il question "intérêt financier" ? Rappelons-nous, le taux de change interbancaire est déterminé par l’équilibre entre l'offre et la demande de chacune des deux devises { si la demande dépasse l'offre, le cours augmente }. A ce taux interbancaire s’ajoute la marge de l’intermédiaire financier (banque, bureau de change ou service spécialisé comme b-sharpe) chez qui vous faites votre transaction de change. Et là, posez-vous la question de savoir si votre banque est votre meilleure alliée.

La banque tire une partie significative de ses revenus de la marge de change qu'elle applique

Car pour dire les choses simplement, la banque tire une partie significative de ses revenus dans les marges de change qu’elle applique aux clients qui font des transactions de change, et notamment les clients frontaliers. Cette marge, ce n’est ni plus ni moins qu’un coup de canif à votre salaire, qui sera alors amputé de 1,65% à 2% selon la banque. C’est un peu comme si vous travailliez pour votre banque environ une demi journée de travail par mois pour payer cette marge.
Cette marge, c’est un choix commercial de la banque, et les revenus issus de ce choix représentent entre 20 à 25% de ses bénéfices.

Le taux de change sera donc par définition moins intéressant. Sans parler des frais cachés, entre coût fixe, cout variable et frais exceptionnels éventuels liés au montant de la transaction, qui n’apparaitront par magie noire qu’une fois l’opération de change passée, (si vous ne pensez pas à demander ce qu’il en est avant).

Pour certains frontaliers, difficile, voire impossible d'ouvrir un compte bancaire

Soyons francs, même si le système bancaire et, par voie de conséquence, les banques ont dû réagir aux crises et à la révolution digitale, elles sont restées par nature frileuses et conservatrices. Que vous soyez un tant soit peu "à coté" du système classique du salariat, à temps partiel ou en intérim et vos souhaits de vacances se déliteront, réduits à un mince filet de fumée réintégrant la lampe d’Aladin. Vous ne rentrez pas dans les cases. Votre situation n’est pas assez stable ou « sécure ». Au mieux, on vous expliquera que c’est vraiment très compliqué de vous ouvrir un compte bancaire en tant que frontalier, vous demandant une multitude de pièces justificatives, épaisses comme un volume d’annuaire téléphonique, vérifiant votre ascendance au quatrième degré ; au pire, on vous refusera simplement l’ouverture de compte. Adieu facilité d’inscription à distance ; adieu facilité d’ouverture de compte.

Conclusion : préférez b-sharpe, un spécialiste du change de devises

Si la diversification a du bon, mieux vaut - en matière bancaire - préférer un spécialiste du change de devises. Vous l’aurez compris, notre philosophie est de vous faire bénéficier des services d’un intermédiaire financier régulé par l’OAR-G, affilié à la FINMA, en vous proposant un des meilleurs taux du marché (marge réduite et sans frais cachés) et ce, selon trois valeurs fortes : la transparence, la rapidité et la facilité.

Les clients les plus rapides peuvent s’enregistrer chez b-sharpe en moins d’une heure, depuis chez eux, à distance, qu'ils habitent en Suisse ou dans un pays de l’Union européenne, et quelle que soit leur situation professionnelle.

Enfin, "at least but not last", b-sharpe vous propose une tarification totalement transparente, avec, en bonus, l’absence totale d’abonnement mensuel ou de frais d’inscription.

# Pour ou contre changer vos CHF en EUR auprès d’un bureau de change ?

Loin de nous l’idée de vous la jouer "Le taux de change pour les nuls", à la manière de la fameuse collection noire et jaune, mais réviser ses classiques peut s’avérer profitable, dans son sens premier : « tirer profit de ».

Les bureaux de change sont des intermédiaires financiers dont le métier principal est le change manuel, c'est-à-dire l'échange immédiat d'une devise contre une autre. En tant que commerçants négociant des billets de banque, ils sont soumis à des règles spécifiques et doivent clairement annoncer leurs tarifs et leurs conditions de vente (taux de change, commission ou frais éventuels). Un bureau de change achète ses devises et suivant la rareté de la devise, il décide de son cours de vente et de son cours d'achat.

Contrairement aux perspectives du quotidien économique romand, vous ne croyez pas à l’éventualité d'un Grexit, vos futures vacances seront donc grecques ! Mais sachez que vous auriez pu changer vos francs suisses en livre sterling, en dollars ou en roupies indonésiennes.

Manipuler et transporter des devises est dangereux

Autant le choix en devises est grand, autant le risque de changer vos devises dans un bureau de change est élevé. Non seulement, il se révélera "time consuming" et énergivore, mais il sera surtout risqué : il vous faudra compter deux trajets minimum entre votre lieu de travail, le guichet de banque (ou le bancomat) et le bureau de change aux horaires d’ouverture. Devenu votre propre garde du corps, il vous faudra véhiculer et sécuriser, sueur au front, les 3'000 francs suisses de votre budget vacances. Ajoutez à cela les retards éventuels de trafic et vous courez le risque de vous retrouver portes closes alors que concomitamment, une offre de séjours "last minute" vous file sous le nez.

Les marges des bureaux de change sont entre 40% et 50% plus chers que celles de b-sharpe

De plus, ne croyez pas que, parce que votre bureau de change se trouve près de la gare ou en plein centre ville, il vous veut forcément du bien. Si certains bureaux de change proposent des marges très acceptables par rapport aux banques sur l’EUR CHF, elles sont en général entre 40 et 50% plus coûteuses que celles proposées par b-sharpe. Et si on parle d’autres paires de devises, là, les marges s’envolent. Votre envie de partir sur un coup de tête pourrait se transformer en coup de massue...

Notre conseil : choisissez b-sharpe, spécialiste du change de devises en ligne

Plutôt que de vous déplacer, grâce au service on-line de change de devises de b-sharpe, vous pouvez commander vos devises à des taux très compétitifs tout en restant bien confortablement chez vous, depuis votre ordinateur, votre smartphone ou votre tablette. Aucun risque de transfert physique de change et plus, nous sommes les seuls à vous proposer une assurance qui couvre les risques de hacking ou de fraude jusqu’à 3 millions de francs suisses.

A l’instar des meilleures offres de vols et de séjours sans cesse réactualisées, b-sharpe, affiche le change en temps réel, grâce à son convertisseur de devises. Avec notre solution de change électronique, vous pouvez choisir le meilleur moment pour changer vos devises et les obtenir aussi rapidement que votre réservation de voyage. Vous êtes déjà dans l’avion. Envoyez-nous une photo du bureau de change grec sur Facebook, Twitter ou Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 décembre - 13h00

Venez participer à notre webinar
sur le change de devises !

Retour haut de page