Actualité > Le seuil psychologique des 1.0605 atteint par la paire EUR/CHF – The Weekly Currency Review #4

Le seuil psychologique des 1.0605 atteint par la paire EUR/CHF – The Weekly Currency Review #4

WCR4

Xavier de Villoutreys

Deputy CEO | Head of Trading

Temps de lecture : 3 min

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    La fin du coronavirus ?

    La commission de la santé chinoise a modifié son calcul sur les nouveaux cas, ce qui a fait gonfler les statistiques des personnes infectées par le coronavirus. Cependant, le nombre de nouveaux cas a drastiquement diminué depuis 3 jours : 2’009 cas le dimanche 16 février vs 2’641 samedi 15. Le bilan reste quand même lourd avec bientôt 1’800 décès ce lundi 17 février, dont quatre en dehors de l’empire du Milieu (un premier cas a été identifié en Afrique). Le gouvernement chinois reste plus qu’optimiste en mentionnant bientôt la fin de l’épidémie, tandis que l’OMS reste toujours craintive de la répercussion mondiale. La paire USD/CNY reste toujours dans sa tendance haussière à 7,0049 mardi 18 février à 9h.

    Brexit : le Royaume-Uni meilleur que l’UE

    Le Royaume-Uni a fait mieux que l’Union européenne en ce qui concerne la croissance économique avec une augmentation de 1,4% de son PIB en 2019 contre 0,9% pour la zone euro. L’annonce choc venant d’outre-Manche concerne la démission du ministre des Finances Sajid Javid. La raison est que Boris Johnson a ordonné à Monsieur Javid de remercier ses conseillers et de les remplacer par ceux du Downing street. Cette annonce arrive à un moment cornélien pour la Grande-Bretagne qui est en pleine étude pour la présentation de son budget qui sera délivré dans moins d’un mois. À noter également que le Premier ministre a fait un appel du pied aux pays du Commonwealth afin de renouer des dialogues avec plusieurs d’entre eux avec qui ils n’ont plus échangé depuis plusieurs décennies, par exemple l’Australie ou encore la Nouvelle-Zélande.

    L’EUR / CHF atteint le seuil psychologique des 1.0605

    La monnaie helvétique reste toujours très appréciée en cette période délicate. Entre la mise à jour des chiffres sur l’épidémie qui inquiète le monde entier et les chiffres décevants de la zone euro, la paire EUR/CHF a atteint un seuil psychologique au-dessous de 1,0605 le 13 février à 23h. Ce seuil a été atteint pour la dernière fois pendant l’été 2016, lorsque le Royaume-Uni avait voté son retrait de l’Union européenne. La question que de nombreux investisseurs se posent actuellement est : à quel moment la Banque Nationale Suisse va-t-elle intervenir sur le marché sachant qu’elle est dans le collimateur du Trésor américain. Monsieur Jordan (Président de la Banque Nationale suisse) pense-t-il encore baisser les taux d’intérêt sachant que le franc suisse est fort et que la croissance croît de manière un peu poussive ?

    La zone euro en position délicate

    La zone européenne reste dans une position plus que délicate. Entre des chiffres décevants qui consolident une période proche de la récession pour l’Allemagne, un PIB et une production industrielle qui stagnent, le tout avec l’épidémie du coronavirus qui fait fuir les investisseurs, la zone euro a de la peine à sortir la tête de l’eau. Le meilleur élève reste la France qui a publié des chiffres encourageants comme son taux de chômage en baisse pour atteindre 8,1%, chiffre le plus bas depuis 2008. La paire la plus liquide au monde, EUR/USD reste toujours dans sa tendance baissière à 1,0843 dimanche 16 février après une chute à 1,0827 durant la nuit de jeudi 13 février, un niveau plus vu depuis fin avril 2017. La semaine risque d’être bien mouvementée pour la monnaie unique, avec mardi 18 février la publication du sentiment économique de l’Allemagne, de la zone euro et ce vendredi 21 février avec l’indice des prix à la consommation.

    Optimisme sur la croissance américaine

    Les publications macroéconomiques américaines restent au vert avec la publication des ventes de détail qui ont progressé de 0,3% par rapport à décembre 2019, avec l’indice de confiance des consommateurs qui a atteint 100,9 en janvier contre 99,8 en décembre 2019. Néanmoins, l’inflation a diminué au mois de janvier à 0,1% versus 0,2% au mois de décembre. À noter également le discours mardi 11 février du président de la FED, Monsieur Powell, qui est optimiste sur la croissance économique américaine. Toutefois, il a laissé entendre qu’il faudra garder un œil sur l’impact du coronavirus. La paire USD/CHF reste toujours sur son canal haussier à 0,9818 dimanche 16 février, avec en ligne de mire l’atteinte de la parité.

    Le cauchemar australien continue

    Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de nous éloigner un peu de l’hémisphère nord et de parler d’un pays qui passe un début d’année 2020 dans la pleine tourmente. L’Australie est en train de vivre un cauchemar depuis bientôt trois mois. Tout d’abord, les incendies ont eu une lourde conséquence sur le secteur économique du pays. C’est au tour de l’épidémie du coronavirus d’impacter négativement le pays des kangourous. En effet, la Chine est le premier partenaire commercial de l’Australie avec presque 1/3 des exportations vers l’empire du Milieu. Parmi les produits exportés, 2/3 concernent les matières premières. Le secteur du tourisme est également important en Australie, et les Chinois sont par ailleurs les plus gros consommateurs étrangers.

    Par conséquent, ces événements extraordinaires ont fait drastiquement baisser le cours du dollar australien versus le billet vert. Le couple AUD/USD est passé de 0,7017 le 1er janvier à 0,6713 le vendredi 14 février soit une baisse de 4,33% en 45 jours. Malgré ces incidents, La RBA (Reserve Bank of Australia) a gardé ses taux directeurs inchangés le 4 février. La RBA aura-t-elle le même discours mardi 3 mars ?

    Annonces et événements économiques – février 2020

    Screenshot-2020-02-18-at-17.34.10-compressor

    Laissez un commentaire