Recevez notre newsletter

L’inflation et la crise énergétique menacent le monde

4 minutes de lecture

L’Allemagne et l’Europe ont le même objectif de vouloir contrer l’inflation. Mais le conflit russo-ukrainien semble leur compliquer la tâche.

EUR : Allemagne : le PIB devrait chuter de 0,3% en 2023

Selon l’IFO (Institut pour la recherche économique universitaire de Munich), le PIB de l’Allemagne risque d’en prendre un coup. En effet, l’Allemagne est sous le coup d’une inflation massive causée par la flambée du prix de l’énergie et par le manque de gaz russe dû au conflit géopolitique.

Un PIB en baisse de 0,3% en moyenne est prévu pour 2023.

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé de l’actualité

L’IFO prévoit une chute de 0,2% pour le dernier trimestre de cette année ainsi qu’une chute de 0,4% pour le premier trimestre de 2023.

En cause, le manque de fourniture de gaz russe accompagné de la hausse massive des prix cet été due au fait que Gazprom restreint l’exportation de gaz et oblige l’Allemagne à se fournir ailleurs à des prix moins attractifs. L’inflation devrait presque atteindre les 10% début 2023, quasiment 15% de plus qu’en 2022.

Malgré l’adoption d’un nouveau plan par le gouvernement allemand, la perte de pouvoir d’achat ainsi qu’un recul des salaires paraît inévitable selon l’IFO.

CHF : La BNS limite l’inflation

7 Septembre : Les réserves de change de la BNS atteignent 859’639B contre 849’403B au mois de juillet, une très nette augmentation après une grosse chute de mai à juin.

8 septembre : Un taux de chômage très bas qui se stabilise à la suite des mois de juillet et août à 2%. Selon les relevés du Secrétariat d’État à l’économie (SECO)fin août, 91’372 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement (ORP), soit 102 de moins que le mois précédent.

La BNS maintient la force du CHF afin de contrôler et limiter l’inflation actuellement à 3.5% et se réunira le 22 septembre pour déterminer l’envergure de sa hausse de taux. Une décision très attendue après le durcissement historique annoncé jeudi dernier (8 septembre 2022) par son homologue européen.

Elle devrait relever ses taux de 50, 75 ou même 100 points d’ici la fin du troisième trimestre, selon une récente enquête d’économistes.

Évolution EUR/CHF

La paire reste toujours sur une tendance baissière avec un plus bas hier (jeudi 15 septembre) à 0.9530.  La semaine prochaine sera volatile avec la publication de la BNS sur sa politique monétaire. La paire s’échange actuellement à 0.9610.

USD : Le CPI au-delà des prévisions

Le tant attendu CPI (Consumer Price Index) a surpris le marché avec un chiffre au-dessus des prévisions. L’inflation a atteint 8,3% versus 8,1% de consensus. Le S&P500 a perdu 2,7% et le Nasdaq plus de 3%.

Le marché du change a également été bousculé avec une appréciation forte du billet vert. La raison est simple : le marché anticipe un potentiel resserrement plus violent et un discours plus hawkish de la part de M. Powell la semaine prochaine. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, les projections ont été revues à la hausse et la probabilité que la FED remonte ses taux de 100 bps est maintenant de 20%.

Lors de l’annonce, les paires ont clôturé avec : 

  • EUR/CHF – 1,5%
  • USD/CHF + 0,9%,
  • GBP/USD -2%
  • USD/JPY +2%.

Évolution USD/CHF

La paire a rebondi sur son support 0.95 depuis les chiffres de la CPI. La paire reste en tendance sur le long terme toujours haussière et le premier gros palier à aller casser est 0.9860. La paire s’échange actuellement à 0.9639.

GBP : « God (please) save the pound »

La livre sterling souffre. La devise du Royaume-Uni est sous pression face à la monnaie unique, à près de 1,15 euro pour une livre sterling. Après le décès de la reine Elizabeth II, le règne du roi Charles III débute à un moment particulièrement difficile pour le Royaume-Uni.

La nouvelle Première ministre, Liz TRUSS, compte favoriser les réductions d’impôts et la déréglementation pour atteindre une croissance économique annuelle moyenne de 2,5. Elle débloque également une enveloppe de 100 milliards de livres sterling afin de plafonner à 2.500 livres la facture énergétique annuelle des ménages.

Le Royaume-Uni est très touché par la hausse des prix mondiaux de l’énergie car il importe beaucoup de gaz. En effet, une grande partie du système électrique britannique dépend du gaz naturel.

Cette mesure, qui va aggraver la situation budgétaire du Royaume-Uni, devrait conforter la Banque d’Angleterre dans son positionnement agressif lors de la prochaine réunion le 22 septembre 2022.

Évolution GBP/CHF

La paire n’en finit plus de chuter et continue de casser le support de mars 2020 de 1.1150 depuis début septembre. Depuis la cassure de 1.1000, il n’y a malheureusement pas de support concret donc la paire pourrait encore chuter de manière importante. À la hausse, la première résistance serait de 1.1575. La paire s’échange actuellement à 1.0958.

Réagissez à cet article !