b-sharpe, le Transferwise suisse

Le site de référence Fintechnews.ch a sorti cette semaine un article intitulé "b-sharpe, le Transferwise suisse". Nous sommes particulièrement fiers d'être comparés au leader mondial britannique Transferwise. L'article original étant en Allemand et en anglais, nous avons traduit en Français une grande partie de l'article :

Créée en 2006 à Genève, b-sharpe est une Fintech qui propose du change de devises en ligne à taux préférentiel, avec une réduction des frais de change de 70% en moyenne par rapport aux établissements bancaires traditionnels. La société se fixe pour objectif de rendre le change de devises moins coûteux et accessible au plus grand nombre.

b-sharpe est un intermédiaire financier auto-régulé sous la supervision de la FINMA. Ses clients sont  les PME, les frontaliers et les expatriés en Suisse, en leur proposant du change de devises aux meilleures conditions possibles.

La plateforme met à disposition de ses clients un taux de change en temps réel, de sorte que l’exécution des ordres de change soit la plus proche possible des conditions du marché, comme pourraient en bénéficier les grandes entreprises. La plateforme joue aussi la transparence, avec des frais et des marges réduites et clairement affichées.

Concernant les frais de change, l’ouverture d’un compte est gratuite aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises, et il n’y a pas de frais de gestion ou de frais mensuels. La société propose des taux de change compétitifs grâce à des marges basses (exemple: pour les transactions de moins de CHF 50'000.-, la marge de b-sharpe est de +0.50% du taux de change interbancaire, contre 1.65% pour les acteurs financiers traditionnels). La marge est dégressive avec le montant changé, ce qui rend le service particulièrement intéressant pour les PME. Par ailleurs, le service applique des frais fixes de CHF 5.- ou CHF 8.- pour les transactions inférieures à CHF 10'000.-

Les transferts en EUR vers les banques suisses et les banques des pays de l’Union européenne sont gratuits, tout comme les transferts en EUR et CHF vers les banques suisses. Les clients sont protégés contre la fraude et le hacking jusqu’à 3 millions de francs grâce à une assurance qu’elle est la seule à proposer.

« b-sharpe a aujourd’hui 2'800 clients et croît rapidement, puisque la société double le nombre de ses clients tous les 5 à 7 mois »

a déclaré son fondateur, Jean-Marc Sabet, à Fintechnews. La société effectue aujourd’hui plus de CHF 20 millions de transactions par mois, et propose plus de 20 devises.

Service d’identification digitale

b-sharpe devrait croître encore davantage grâce à son nouveau service d’identification digitale. Ce service, qui est intégré au compte client de la plateforme b-sharpe, s’appuie sur une technologie qui reconnait et analyse les pièces d’identité et passeports à partir d’une photographie ou d’un scan. Il facilitera et simplifiera l’enregistrement des nouveaux clients. Ce service est actuellement en phase de test avec des clients et sera opérationnel dans les jours qui viennent.

Jean-Marc Sabet a déclaré vouloir être à moyen terme la Fintech leader du change de devises pour les PME et les particuliers en Suisse. Au 3ème trimestre 2017, la société lancera une application mobile qui permettra à ses clients de faire des opérations de change sur leur smartphone.

Pour les clients qui décident de changer leurs habitudes de change et de quitter leur établissement bancaire habituel pour une Fintech, le choix est limité. Les principaux concurrents de b-sharpe sont des sociétés étrangères, notamment celles implantées au Royaume Uni. Ces sociétés britanniques bénéficient d’un environnement légal plus souple que l’environnement légal suisse, mais b-sharpe a l’avantage d’être un acteur local. Selon Jean-Marc Sabet, le fait d’être à proximité de nos clients est particulièrement apprécié. Par ailleurs, la FINMA est en train de faire évoluer la législation, pour permettre aux Fintech suisses d’être plus compétitives à l’international.

b-sharpe est l’une des nombreuses Fintech en Suisse qui propose de désintermédier les acteurs traditionnels de la Finance.

source (en anglais) : Fintechnews.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page