Recevez notre newsletter

La Russie serait-elle tombée sur plus forte qu’elle ?

4 minutes de lecture

Alors que les attaques russes continuent de pleuvoir sur l’Ukraine, il semblerait que la dynamique s’inverse depuis quelques jours. Vladimir Poutine serait-il pris de court face à la réponse ukrainienne ?

weekly currency review

EUR : Les chefs d’État de l’OTAN réunis à Bruxelles

Un mois après le début du conflit Russie / Ukraine, les hommes de Vladimir Poutine continuent d’attaquer différentes parties de l’Ukraine. Volodymyr Zelensky qui accuse son homologue russe d’user de bombes au phosphore, s’est une nouvelle fois exprimé face aux chefs d’État et de gouvernement de l’Alliance atlantique, réunis en sommet extraordinaire à Bruxelles. En effet, ce jeudi se tenaient trois sommets : l’OTAN, le G7 et l’Union européenne. Conclusion ? L’OTAN offre une nouvelle aide militaire à l’Ukraine en envoyant des renforts sur place et se dit prête à réagir en cas d’attaque chimique ou nucléaire.

Ce mercredi, Vladimir Poutine exigeait que toutes les commandes de gaz russe soient payées en rouble, mais cette demande a d’ores et déjà été refusée par la Pologne, l’Allemagne et l’Autriche qui estiment que cela va à l’encontre des contrats en cours.  Monsieur Poutine a tout simplement menacé de fermer les robinets des clients n’acceptant pas cette imposition.

Rien ne semble se dérouler comme prévu pour le président russe qui pensait prendre Kiev en moins de 48h… Il semblerait que depuis quelques jours l’Ukraine mène des contre-offensives sporadiques autour de la capitale.

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé de l’actualité

Évolution EUR/CHF

La paire n’a cessé de se déprécier après avoir atteint la résistance des 1.0400 en fin de semaine passée qui n’est autre que le retracement de 61,8% de sa tendance baissière. Une cassure de cette résistance serait un signal haussier. A contrario, la paire se rapproche du support psychologique des 1,02 et s’échange actuellement à 1.0210.

USD : La FED prête à contrer l’inflation

La semaine dernière, la FED confirmait sa volonté d’augmenter les taux directeurs. Ce lundi, Jerome Powell s’est à nouveau exprimé, laissant entendre qu’il était prêt à agir de manière plus agressive en augmentant le taux des fonds fédéraux de plus de 25 points de base ou en resserrant la politique monétaire si cela se montrait nécessaire. La FED ne souhaitant plus perdre de temps a donc relevé ce mercredi 16 mars les taux directeurs pour la première fois depuis 2018. Cette action ayant pour but de lutter contre l’inflation galopante.

Les taux directeurs, qui se trouvaient depuis mars 2020 dans une fourchette de 0 à 0,25%, se situent donc désormais entre 0,25 et 0,50%. Et plusieurs nouvelles hausses seraient à prévoir en 2022, peut-être même une à chaque réunion…

Aux États-Unis, les prix ne cessent de grimper et mercredi le comité monétaire de la Fed actualisait également ses perspectives économiques ainsi que ses prévisions d’inflation à 4,3% soit deux fois plus que ce qui avait été annoncé en décembre. «Les perspectives d’inflation s’étaient considérablement détériorées cette année avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie», relevait Jerome Powell.

Côté helvétique, la BNS reste sur ses gardes et laisse inchangés ses taux directeurs. Cependant, Monsieur Jordan a relevé ses prévisions d’inflation pour l’année en cours à 2,2% sachant que les dernières prévisions tablaient sur 1%.  Il a fait part du fait que la BNS interviendrait si besoin pour contrer l’attraction de la monnaie helvétique.

Évolution USD/CHF

Après avoir cassé le triangle de moyen terme par le haut en atteignant 0.9460, la paire revient à nouveau au centre du triangle. La paire pourrait potentiellement reprendre un peu de vigueur compte tenu du fait que les divergences deviennent de plus en plus importantes entre les deux banques nationales. La paire s’échange actuellement à 0.9266.

GBP : L’économie ralentit par la guerre en Ukraine

L’IPC a atteint 6,2%, un nouveau sommet en 30 ans. La hausse de l’inflation est due à la flambée des prix de l’alimentation et de l’énergie. Les décideurs de la BoE sont confrontés à une tâche peu enviable en matière de politique de taux. Le rythme du cycle de resserrement devrait continuer à faire baisser l’inflation, mais la guerre en Ukraine et la hausse des prix de l’énergie pourraient ralentir l’économie. Un resserrement agressif pourrait également étouffer la croissance économique. Il est fort probable que nous voyons la BoE augmenter son taux d’intérêt graduellement au fil de l’année.

Évolution GBP

La livre sterling a fait preuve d’une certaine volatilité cette semaine, mais elle est revenue au niveau du début de la semaine en ce jeudi. Le plus haut ayant frôlé la résistance de 1.2420 et est allé à son plus bas 1.2220. Le graphique montre la forme d’un double top qui pourrait indiquer une grande baisse de la livre face au franc. La devise s’échange actuellement à 1.2205.

Réagissez à cet article !