Recevez notre newsletter

L’EUR/CHF confirme sa reprise

3 minutes de lecture

L’avancée du conflit en Ukraine continue à influencer la paire EUR/CHF et se fait également ressentir aux États-Unis avec une remontée progressive des taux.

EUR : Et si l’enlisement boostait la paire EUR/CHF ? 

La Guerre en Ukraine reste le principal sujet de la semaine. Bien qu’il soit compliqué de comprendre les intentions de Vladimir Poutine dans ce conflit, il semble clair que cette guerre n’était pas faite pour durer et l’enlisement de la Russie dans la Raspoutitsa ukrainienne est aujourd’hui peu contestable.
Pour le moment, les négociations continuent de tourner court mais l’Ukraine semble avoir pris la main et se retrouve presque en position de force face à l’isolement russe.
Quelle est la principale conséquence de cet enlisement ? Le conflit tend à devenir plus une guerre régionale que mondiale et les frontières de l’Europe semblent moins menacées qu’il y a deux semaines. Cependant, il serait bien prétentieux de vouloir prédire les réactions de l’imprévisible président russe face à cet enlisement. Une sortie du conflit par la grande porte pour chacune des parties prenantes s’éloigne chaque jour un peu plus. 

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé de l’actualité

Évolution EUR / CHF

Cette légère fissure dans le plan russe et cette baisse des tensions d’un point de vue international vient globalement booster la paire EUR/CHF qui challenge aujourd’hui la résistance à 1.0400. Si cette résistance est passée avant la fin de semaine, un taux de 1.0500  est imaginable dans l’horizon.
En revanche, en cas d’aggravation rapide du conflit, le taux restant particulièrement volatile, un passage sous les 1.03 serait un signal fort de rétractation avec un possible retour à la parité. La paire s’échange actuellement à 1.0350.

USD : Le jour où la Fed a remonté ses taux

Depuis maintenant six mois, la FED avait préparé les marchés à une remontée progressive de ses taux directeurs avec un passage de 0%-0.25% à 0.25%-0.50%. L’objectif principal restant de faire légèrement baisser la consommation et d’ainsi éteindre un peu le feu inflationniste qui ronge aujourd’hui l’ensemble de l’économie américaine.

Cette décision était très attendue, mais comportait encore quelques inconnues. En premier lieu, l’impact du conflit Russo-Ukrainien qui pourrait soit accélérer ou ralentir les décisions de la FED ou encore, si cette dernière a réellement la liberté de provoquer les mouvements annoncés. Finalement, tout s’est passé comme prévu et le marché n’a que peu été impacté par la décision de remonter les taux directeurs de 0.25%.
Plusieurs autres augmentations sont attendues au cours de l’année, avec une cible autour des 1%. 

Évolution USD / CHF

Déjà totalement anticipée par le marché, la décision de la FED n’aura eu que peu d’impact sur l’ensemble des acteurs du marché.
Le retour de la paire  à 0.95 semble possible en cas de résolution des problématiques ukrainiennes affaiblissant le CHF et renforçant encore l’hégémonie américaine. Attention cependant aux décisions très électoralistes pouvant être prises autour de ce conflit par l’administration Biden qui pourrait jeter de l’huile sur le feu et retour sous les 0.9325 serait alors envisageable. La paire est enfin sortie du triangle par une cassure haussière mais le retour à nouveau dans ce triangle est potentiellement envisageable. La paire s’échange actuellement à 0.9355.

GBP : Un déjà vu du passé ?

Au Royaume-Uni, de nouvelles sanctions sont prises à l’encontre de la Russie. Désormais il est  interdit d’exporter des produits de luxe. De plus, de nouveaux droits d’importation ont été mis en place allant jusqu’à 35% en plus des tarifs actuels. Le Royaume-Uni refuse également à la Russie le statut de nation la plus favorisée de l’OMC. Plusieurs presses internationales ajoutent que l’économie britannique pourrait céder au chaos des années 70. Dans les années 1970, lorsque l’inflation globale a atteint des sommets, les syndicats ont fait pression pour obtenir des salaires plus élevés sous la menace de la grève. L’augmentation de l’inflation due aux prix du pétrole s’est rapidement répercutée sur les salaires. Aujourd’hui, l’inflation pourrait atteindre 9% en cette fin d’année avec des coûts d’énergie records. L’Indépendance de la banque centrale sera au cœur pour gérer cette situation, puisque la Bank of England n’étant plus liée à l’UE, dispose d’une plus grande indépendance. Sur une note plus positive, l’économie britannique revient après le variant Omicron grâce à l’augmentation du nombre de personnes qui sortent dîner. Ceci a aidé le PIB anglais en janvier 2022.

Évolution GBP / CHF

En l’espace d’une semaine, la paire a augmenté de plus de 200 points. La Bank of England a remonté les taux de 0.25% ce jeudi 17 mars.Pendant ce temps, l’humeur du marché reste mitigée sur fond de titres contradictoires sur le conflit Russie-Ukraine. La plus grosse résistance symbolique se trouvant à 1.2450, la paire s’échange actuellement à 1.2290. 

Réagissez à cet article !