En 2018, grâce à b-Sharpe, vous avez peut-être fait pas mal d’économies sur vos opérations de change, vous permettant ainsi de finir l’année en beauté. Nous l’espérons. Gardez le bon tempo, et démarrez 2019 de la meilleure manière en suivant les quelques conseils sélectionnés par l’équipe de b-Sharpe.

#1. Arrêter de faire du change avec sa banque

C’est l’économie la plus rapide et la plus simple : s’inscrire chez b-Sharpe (c’est gratuit, ça prend quelques minutes et ça se fait à distance) vous permettra de diviser par 3 les frais de change habituellement pratiqués par votre banque, et par 2 ceux des bureaux de change. b-Sharpe est une solution sans abonnement, totalement sécurisée, qui s’adapte à toutes les situations. 600 euros économisés sur un an, pour CHF 5’000.- changés chaque mois, ça vaut quand même le coup non ?

#2. Se séparer de son compte bancaire suisse

Comme il n’existe pas de banque digitale en Suisse qui propose la gratuité des comptes, comme c’est par exemple le cas avec certaines banques en ligne en France ou en Allemagne, certains travailleurs frontaliers qui veulent limiter au maximum les frais bancaires ont trouvé la parade : ils utilisent l’IBAN en CHF de b-Sharpe à la place de celui de la banque, en remettant l’IBAN à leur employeur, qui verse ainsi le salaire directement sur le compte. A réception, nous changeons le salaire et le transférons sur le compte en EUR.

Non seulement vous économisez sur les frais de change, mais en plus vous n’avez plus les frais mensuels à payer à votre banque.

#3. Tester une banque digitale en France ou en Allemagne

Et si c’était le moment d’abandonner sa banque traditionnelle en France au profit d’une banque digitale ? Les banques traditionnelles en France sont, pour la plupart, difficile à joindre, relativement coûteuses, et pas forcément très souples d’utilisation. Si vous n’êtes même pas sûr de l’identité de votre conseiller, c’est qu’il est vraiment temps de changer ! En bref, vous payez probablement cher un service qui n’est pas forcément justifié. En choisissant une banque digitale, comme Fortuneo, Hello bank, ING Direct ou encore N26, vous réduisez à zéro vos frais mensuels, avec un niveau de service équivalent. Un nombre très important de nos clients fonctionnent aujourd’hui ainsi, et les transferts en euros entre b-Sharpe et ces banques sont rapides, fluides et sans frais.

#4. Faire une demande de rectification et faire baisser ses impôts

Les frontaliers qui sont prélevés à la source, notamment dans le canton de Genève, peuvent faire une demande de rectification. Cette demande, qui consiste à tenir compte de déductions éventuelles et d’un barème plus en adéquation avec la réalité du ménage, permet en général de réduire le montant d’impôt. Cette demande de rectification peut se faire jusqu’au 31 mars pour les revenus de l’année précédente. Vous pouvez faire cette demande de rectification par vous-même, ou vous faire accompagner d’un professionnel (fiduciaire ou spécialiste de la fiscalité).

#5. Faire vérifier le montant versé dans le cadre de l’assurance maladie pour frontalier

Une grande partie des frontaliers sont affiliés au système français d’assurance maladie (appelé également « CMU pour frontaliers« ), rattaché au Centre national des travailleurs frontaliers suisses (CNTFS). Avec ce système, le calcul de la prime d’assurance se fait sur la base des revenus (plus précisément le revenu fiscal de référence). Pour cela, chaque frontalier doit ainsi déclarer au CNTFS ses revenus, avec un formulaire spécifique. Or, c’est souvent dans cette déclaration qu’une erreur est faite. Il est ainsi possible de revenir sur plusieurs années et de faire une demande de correction, permettant ainsi un remboursement des sommes payées en trop.

#6. Changer son assurance emprunteur

Les taux d’intérêt sont aujourd’hui tellement bas que les banques françaises qui proposent des prêts immobiliers aux frontaliers (prêts en CHF ou prêts en EUR) portent leur attention sur les assurances de prêt. La loi en France a changé l’an passé et permet à des clients ayant souscrit une assurance de prêt d’en changer après un an. Si dans la pratique, changer d’assurance de prêt n’est malheureusement pas si simple, c’est une option à envisager car elle permet, dans certains cas, de réduire significativement ses mensualités.

#7. Renégocier son prêt immobilier

Les taux d’intérêt en France n’ont jamais été aussi bas. C’est donc peut-être le moment de renégocier votre prêt immobilier, avec 2 options possibles : réduire le montant de votre mensualité, ou réduire la durée de votre prêt immobilier.

En cas de refus de votre banque de renégocier votre prêt, il est tout à fait possible de faire racheter son prêt par une autre banque. Pour les prêts en devises, un certain nombre de critères doivent être remplis : en particulier, la valeur de rachat en euro du bien immobilier sera comparée à la valeur d’achat du bien. La valeur de rachat est le capital restant dû (CRD, information que vous trouverez dans votre tableau d’amortissement) converti en euros (en prenant le taux de change EUR CHF de la banque au moment où est fait le calcul). Si la valeur de rachat est supérieure à la valeur initiale du bien, la banque refusera en général de faire le rachat de prêt.

Vous trouverez plus de détails sur ce calcul dans cette infographie.

Et un petit bonus : s’assurer que les impôts français ne vous ont pas prélevé l’impôt à la source à tort

L’introduction de l’impôt à la source en France a visiblement connu quelques ratés, notamment pour les frontaliers. En effet, certains frontaliers du canton de Genève n’ayant aucun revenu de source française se sont vus prélever un impôt à la source par la France. Un appel ou un message à votre centre des impôts devrait rapidement résoudre la situation.

En suivant ces conseils, vous êtes assuré(e) de réduire vos coûts. Et si vous avez d’autres conseils, vous pouvez nous en faire profiter !

 

 

Derniers articles

Faites un commentaire

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte