perturbation en vue au mois de juin

Il n’y pas que la météo qui est agitée, les marchés le sont également. Xavier de Villoutreys, Deputy CEO chez b-Sharpe, nous présente les grands rendez-vous économiques et financiers du mois de juin. Ces rendez-vous auront, à l’évidence, des conséquences sur le marché des changes.

Pour ceux qui préfèrent lire, voici la version écrite de l’interview :

Mesdames messieurs bonjour

J’espère que vous allez bien malgré ce temps pourri qui nous empêche notamment de passer nos après-midi en terrasse à regarder Rolland Garros.

Au delà de cet aparté introductif, je voudrais vous parler aujourd’hui du calendrier très chargé du mois de juin en termes d’évènements potentiellement importants quant à l’impact qu’ils pourraient avoir sur les marchés.

1. Le 1er juin est le dernier jour d’une session particulièrement importante du Kokkai japonais et on attend une prise de décision forte de la part du premier ministre, notamment une injection supplémentaire dans le budget pour soutenir la consommation.

2. 3 gros rendez vous pour les banques centrales : la BCE le 2 juin , la Fed 15 juin et la banque du Japon le 16 juin. Les deux premières ne vont vraisemblablement pas apporter de changement à leur politique monétaires et c’est beaucoup moins sûr pour la Banque du Japon, notamment au regard  du premier point abordé. Une chose est sûre, c’est que leur discours qui va être scruté. 1. quel discours va adopter Mario Draghi pour la BCE qui est structurellement prudente pour ne pas dire pessimiste, alors qu’on a de plus en plus de signes de reprise 2. Quand la FED va-t-elle monter ses taux ? 3. La Banque du Japon va-t-elle intervenir pour faire baisser le Yen (JPY) ? Pour mémoire le Yen s’est apprécié de 10% depuis à peu près un an ce qui a tendance d’une part à freiner les exportations et d’autres part à limiter l’inflation, deux grosses composantes du taux de croissance du PIB.

3. La mise en œuvre de politiques monétaires déjà annoncées par la Banque Centrale Européenne.  Le 23 juin, il y a ce qu’on appelle le TLTRO 2 (« Targeted Long Term Refining Operations ») dont l’enjeu va être de voir à quel point les banques vont pouvoir se refinancer avec un taux d’intérêt négatif. On va voir en fait si les banques ont envie de faire du business ou pas. Le même jour, les banques vont avoir la possibilité de rembourser en avance le TLTRO 1. En fait on va faire la différence entre ce que les banques empruntent et remboursent et on va mesurer l’utilité du « Quantitative easing » européen mis en place par Mario Draghi. Si c’est positif, cela veut dire que les banques anticipent de vouloir prêter de l’argent, et si cette différence est négative, alors ce sera un sérieux coup porté à la politique de Mario Draghi.

4. Le 24 juin, c’est probablement la date la plus importante du mois, car c’est le résultat du referendum anglais sur le Brexit dont je vous ai déjà parlé précédemment : c’est probablement ce qui mettra le plus de volatilité dans les marché.

5. Les élections en Espagne dont l’enjeu va être de mesurer la capacité pour l’Espagne de normaliser ses conditions d’emprunt et de refinancement, par rapport à l’Allemagne. Plus l’issue du scrutin sera radicale, moins l’Espagne pourra négocier ses taux d’emprunt.

Crédit photo : Fotolia – Grecaud Paul

Derniers articles

Faites un commentaire

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte