Actualité > Webinar de février sur l’évolution de l’EUR CHF

Webinar de février sur l’évolution de l’EUR CHF

webinar_mai_2018

Claire Delpierre

Content & Community Manager

Temps de lecture : 2 min

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Un webinar fait pour comprendre ce qui se passe, et anticiper les évolutions passées de l’EUR CHF. Il concerne toutes les personnes intéressées par le change de devises EUR CHF : les particuliers travaillant en Suisse, mais également les PME qui exportent et importent. Ce webinar est gratuit et organisé par Travailler-en-Suisse.ch

    Le Replay du webinar sur l’évolution du change EUR / CHF du mois de février

    Retranscription

    [00:00:13] Bonjour et bienvenue à ce rendez-vous mensuel sur l’évolution de l’euro franc suisse. J’ai à mes côtés Xavier de Villoutreys, de la société b-sharpe, qui se présentera tout à l’heure et pour ma part, je suis David Talerman, fondateur de travailler-en-suisse.ch et auteur de « Travailler et vivre en Suisse ».

    Je vais passer de la parole à Xavier de Villoutreys qui va se présenter. On va entrer dans le vif du sujet. Il va nous présenter les nouveautés du cours de l’euro franc suisse.

    [00:01:04] Bonjour à tous, voilà, je suis Xavier, responsable du trading chez b-sharpe et dans se désormais mensuelle ..

    [00:01:13] Petit point sur l’euro franc suisse, on reste attaché à ce qui s’est passé dans le mois passé.

    [00:01:22] La dernière fois qu’on s’est parlé, c’était quoi autour du 10-11 janvier? Je crois que l’euro franc suisse était autour des 1.1650 et notre vision à l’époque était une évolution positive de l’euro contre le franc suisse vers les 1.18, puis vers les 1.20 …

    [00:01:40] À moyen terme donc, on a effectivement tapé quasiment à 1.1850

    [00:01:50] Une semaine après qu’on se soit parlé autour du 18 janvier. Et puis, ça ne vous a pas échappé ? On a eu un retour conséquent de la force du franc suisse puisqu’on est descendu jusqu’à 1.1450 la semaine dernière, ce qui constitue une baisse plus ou moins de 3%. Alors pour que les choses soient claires pour moi, ça ne constitue pas une remise en question fondamentale de ma vision haussière de l’euro, c’est à dire que je le vois toujours aller vers les 1.20 . Et je vais d’abord vous parler un peu de ce qui a pu engendrer cette baisse de l’euro vis à vis du franc suisse. Tout d’abord, pour moi, le facteur principal a été un retour de l’aversion au risque sur les marchés financiers. Ça ne vous a pas échappé que, notamment aux Etats-Unis, les marchés actions ont accusé une très forte correction, la plus grosse correction depuis la crise de 2008, c’est-à-dire que les investisseurs ont vendu les actifs risqués pour racheter les actifs dits non risqués. Ils se sont reportés vers des valeurs refuges dont fait partie le franc suisse, ce qui a engendré mécaniquement une hausse du franc suisse contre toutes les devises d’ailleurs, pas seulement contre l’euro, mais aussi contre la livre sterling, notamment le Yen et le dollar. Évidemment, le dollar, qui accuse un plus bas autour des 0,9250, qui a un plus bas depuis depuis quatre ans. Donc, tout ça, cette aversion au risque de retour, a fortement pesé sur le couple euro franc suisse.

    [00:03:35] Un autre facteur, c’est le discours de la Banque centrale européenne, qui est un discours plutôt attentiste, notamment face à la baisse du dollar, qui fait écho plus ou moins au discours de Trump à Davos, qui laissait présager un retour de ce qu’on appelle les Currency Wars, c’est à dire une guerre de dévaluations pour stimuler les exportations.

    [00:04:01] Et là, on a vu l’euro dollar monter jusqu’à quasiment 1.25. Ce qui laisse présager, si vous voulez, une continuation de l’intervention des banques centrales. La Fed, elle a baissé notamment, et on sait très bien que la Banque nationale suisse ne fait pas le poids vis à vis de ces banques centrales et donc elle ne pourrait pas défendre un franc suisse qui aurait tendance à se réévaluer. Ça pèse aussi sur l’euro et ça fait monter le franc suisse. Et puis, on constate aussi un petit regain de tensions géopolitiques. Notamment en Turquie et en Syrie, et un facteur aussi piquant qui a tendance à peser de plus en plus sur l’euro. Ce sont les futures élections italiennes, on sait très bien que, comme ça a été le cas l’année dernière avec les élections françaises, toute incertitudes politique, notamment avec la montée des nationalistes qui à tendance à peser sur l’euro et à renforcer le franc suisse. Je ne sais pas si vous vous rappelez notre webinar de je crois. Décembre ?, on avait analysé les ressorts de la grande hausse qu’on avait pu constater depuis six mois, c’est à dire depuis mai 2017. On avait dit que c’était une progression à double détente. Le premier déclencheur était les élections françaises, qui étaient rassurantes pour les marchés financiers. Et la deuxième, le deuxième déclencheur, qui était le discours de la Banque centrale européenne, qu’il avait laissé entendre que son programme de quantitative easing, c’est à dire son programme d’injection de liquidités sur les marchés financiers pour soutenir la croissance, pouvait se terminer plus rapidement que prévu. Et là, en janvier, elle a assuré, elle s’est engagée à maintenir cette injection de liquidités jusqu’au moins en septembre 2018. Donc, si vous voulez, il y a deux événements qui remettent en question cette double détente à la hausse de l’euro, c’est effectivement le pendant (un symétrique) c’est la BCE qui continue son programme de competitive easing au moins jusqu’en septembre 2018. Et c’est ce qui a pour conséquence que les taux n’augmenteront pas avant mars 2019 et l’autre qui est politique, ce sont les élections italiennes.

    Pour continuer l’analyse, regardez la vidéo du webinar.

    Laissez un commentaire