Actualité > Webinar de mai sur l’évolution de l’EUR CHF

Webinar de mai sur l’évolution de l’EUR CHF

webinar_mai_2018

Claire Delpierre

Content & Community Manager

Temps de lecture : 3 min

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Découvrez le replay de notre webinar du jeudi 3 mai à 13h sur l’évolution de l’EUR CHF.

    Xavier de Villoutreys, responsable du trading chez b-Sharpe, y délivre sa vision du marché et de l’évolution de l’EUR CHF, et répond aux questions.

    Retranscription

    [00:00:13] Bonjour et bienvenue à ce webinar sur l’évolution de l’euro franc suisse. On va avoir aujourd’hui l’analyse d’un expert du change, Xavier de Villoutreys, qui est responsable du trading chez b-sharpe. Alors, pour ma part, je suis David Talerman, l’auteur de Travailler et vivre en Suisse, fondateur de Travailler-en-Suisse.ch et pour ceux qui ne le savent pas, je m’occupe également du digital chez b-sharpe.

    Alors, on va passer la parole à Xavier. Mais avant de commencer, j’aimerais quand même dire une toute petite chose. La chose, c’est la suivante, on a fait ce webinar à peu près une fois par mois depuis le mois de décembre novembre. Et bien Xavier de Villoutreys nous a annoncé un taux de 1.20 il y a à peu près trois, quatre mois et à l’époque, je peux vous garantir qu’on s’en est pris plein la tête. On a eu vraiment des commentaires dans tous les sens sur Facebook pour nous dire qu’effectivement, on disait un peu n’importe quoi. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’annoncer qu’effectivement, les 1,20 nous les avons atteints, et Xavier de Villoutreys va donc nous donner son analyse, continuer son analyse et nous dire ce qui nous attend en tout cas, selon sa compréhension des choses. Évidemment, ce n’est pas une science exacte, mais ça peut quand même aider de bien comprendre comment ça se passe ce qui influence les taux de change. Voilà donc, je passe la parole à Xavier.

    [00:01:30] Merci. Bonjour à tous. Effectivement, ça ne vous a pas échappé que nous sommes revenus sur les taux de 2015, à savoir 1,20, juste avant que la BNS ne supprime le taux plancher en janvier 2015, ce qui motivait ma vision depuis à peu près 4, 6 mois le retour vers ce niveau d’équilibre de 1,20, c’était cette forme de rééquilibrage d’une situation qui était anormale depuis 2015, donc un rééquilibrage sur des niveaux fondamentaux de valorisation de l’euro contre le franc suisse. Si on fait un peu de généalogie depuis un an maintenant pour savoir qu’est-ce qui a déclenché cette grande tendance haussière de l’euro par rapport au franc suisse, il faut remonter effectivement en avril 2017 avec les élections françaises donc ça c’était le premier déclencheur, le discours de la Banque centrale européenne qui laissait entrevoir une embellie économique et donc un réajustement de sa politique monétaire, avec notamment une baisse des injections de liquidités sur les marchés, les marchés européens, et donc un renforcement de l’euro était à prévoir et les marchés se sont positionnés en tant que tels, à savoir en avril suite aux élections françaises qui ont laissé disparaître le spectre d’une élection euro-sceptique avec notamment Marine Le Pen.

    Et puis, en juillet, la BCE, qui dit qu’elle va progressivement arrêter et plus vite que prévu son programme d’injection de liquidités. Depuis, et ce, jusqu’en janvier 2018 la tendance s’est confirmée à partir de mi-janvier 2018 jusqu’à mi-mars. On a eu une sorte de retour du marché, une respiration comme j’aime à le dire, une temporisation. Et ça, c’était plus de la nervosité des marchés, notamment celle du marché actions aux États-Unis, et là le franc suisse a bénéficié de son statut de valeur refuge et où les investisseurs rachètent du franc suisse. On a eu ce retour à peu près de 1,18 à 1,15, un peu plus d’un 1,15.

    [00:04:11] Et puis depuis mars, la hausse a repris ses droits.

    [00:04:19] La tendance haussière a repris ses droits, notamment, si vous voulez, avec ce différentiel de discours entre une banque nationale suisse qui est plutôt attentiste, dont l’objectif est de maintenir un différentiel de taux avec la zone euro, et tout en adoptant un discours comme quoi le franc suisse est encore surévalué, et d’autres part, la Banque centrale européenne, qui elle est de plus en plus optimiste quand d’une part, la reprise économique et d’autre part, l’inflation. Et là, depuis quelques jours, on stagne en dessous des 1,20. Notamment en raison des derniers chiffres économiques européens d’il y a une dizaine de jours, on était un petit peu en dessous des attentes, mais cela ne remet en aucun cas en question, si vous voulez la tendance qui, pour moi, va se poursuivre vers les 1,22, en tout cas, à moyen terme.

    Parmi les analystes que je lis, par exemple, il y a des analystes très connus de banques d’investissements qui voient l’euro franc suisse à 1,40 d’ici la fin de l’année, le Crédit Suisse sans les nommer. Aujourd’hui de tout ce qu’on voit du consensus, en tout cas, des analystes il n’y en a aucun qui voit le franc suisse se réapprécier. Encore une fois, toutes choses étant égales par ailleurs, parce évidemment, si une nouvelle crise économique devait poindre, si une crise géopolitique devait réapparaître notamment avec la Corée du Nord, etc. le franc suisse reprendra ses droits de valeur refuge et serait amené à se ré-apprécier.

    [00:06:07] Xavier, pardon tu vois le cours pardon à 1,22? A quel horizon en fait ?

    [00:06:14] Je le vois plutôt à trois mois.

    [00:06:20] Après Il y a deux options, soit l’économie européenne confirme son embellie et à ce moment-là, on va les atteindre assez vite, soit elle stagne avec ces chiffres qui sont quand même assez bons comparés à ce qu’on a connu en 2015, 2016.

    Pour la suite, du webinar, suivez la vidéo

    Laissez un commentaire