utilisation de b-sharpe pour son change de devise

b-Sharpe est un service de change de devises en ligne qui, grâce à des marges réduites, permet aux PME, frontaliers et résidents, d’économiser des sommes très importantes : avec une économie de 70% en moyenne par rapport aux banques et bureaux de change de change traditionnels, b-Sharpe est ultra-compétitif.

b-Sharpe est une solution souple et ouverte : il n’y a pas de frais mensuels, pas de frais d’ouverture, pas de frais cachés, et le service peut être utilisé en complément de vos services bancaires actuels… Tout est transparent, jusqu’à nos marges que nous publions.

Bien que nous ayons doublé en moins de 6 mois notre nombre de clients, notre service n’est pas connu de tout le monde (malheureusement !).
Nous avons un peu de recul à présent pour voir comment nos clients utilisent b-Sharpe. C’est ce que nous allons vous décrire dans ce post.

Conversion francs suisses euros du salaire

#1. Changer son salaire en CHF quand on est frontalier

Notre service est utilisé par un nombre important de frontaliers qui, étant payés en francs suisses, ont besoin de changer leur salaire en euros tous les mois pour leurs dépenses courantes. L’une des caractéristiques de b-Sharpe, c’est de proposer un service sans frais mensuels.

Dans la pratique, voici comment un frontalier utiliser b-Sharpe pour changer son salaire quand on est frontalier :

  • L’employeur verse le salaire sur le compte en CHF de la banque suisse du travailleur frontalier
  • Le travailleur frontalier transfère le montant en CHF qu’il veut changer en euros sur le compte en CHF de b-Sharpe
  • b-Sharpe procède au change et transfère sans frais les euros sur le compte en euros en France (ou ailleurs) du travailleur frontalier

> Consultez l’offre de b-Sharpe pour les frontaliers

#2. Variante : changer son salaire en CHF quand on est frontalier sans avoir de banque en Suisse

Certains de nos clients frontaliers nous ont surpris en utilisant b-Sharpe comme un compte en banque en Suisse. Le service n’était à l’origine pas prévu pour cela, mais cela fonctionne chez la plupart des employeurs suisses, et cela permet aux clients frontaliers d’éviter les frais mensuels d’un compte en Suisse.

Dans la pratique, cela se passe ainsi :

  • L’employeur verse le salaire sur le compte en CHF de b-Sharpe
  • b-Sharpe change les CHF en euros et les transfère sans frais sur le compte en euros du travailleur frontalier

> S’inscrire chez b-Sharpe

Achat, vente ou exploitation d’un bien immobilier

#3. Changer son apport personnel dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier

Pour l’achat d’un appartement ou d’une maison en France, au Portugal, en Israel ou ailleurs, les futurs propriétaires ont en général un apport personnel. Dans certains cas, cet apport personnel est dans une autre devise que celle de la valorisation du bien : il est donc indispensable de faire du change. Cela concerne en général des montants importants. Le cas le plus fréquent que nous rencontrons chez b-Sharpe est l’achat d’un bien immobilier en euros dans un pays de l’UE pour une personne qui réside en Suisse ou dont les revenus sont en francs suisses.
En passant par b-Sharpe, vous économisez des montants souvent très importants, car chez b-Sharpe les marges sont dégressives avec les montants. En comparaison des frais appliqués par une banque, vous économisez avec b-Sharpe parfois plusieurs milliers de francs suisses ou d’euros.

Dans la pratique, voici comment changer son apport personnel pour le financement d’un bien immobilier :

  • Le client transfère à b-Sharpe le montant qu’il souhaite changer (par exemple en CHF), sur un compte CHF b-Sharpe
  • b-Sharpe procède au change en euros en appliquant un taux de change euro chf, et verse les euros soit sur le compte du client par exemple en France, soit directement chez le notaire en France.
  • Comme il n’y a aucuns frais mensuels, b-Sharpe peut être utilisé pour une seule opération sans aucuns frais supplémentaires.

#4. Changer dans une devise les plus-values réalisées sur la vente d’un bien immobilier

Une personne vend un bien immobilier et la vente s’effectue dans une devise qui n’est pas forcément celle dont il a besoin. Le vendeur souhaite donc changer cet argent soit pour l’achat d’un autre bien immobilier, soit parce qu’il a besoin de liquidités dans une autre devise. Le cas le plus courant que nous rencontrons chez b-Sharpe est le suivant : la vente d’un bien immobilier en Suisse et l’utilisation du fruit de la vente pour l’achat d’un bien immobilier en France, au Portugal, ou dans n’importe quel autre pays de l’Union européenne.

Sur ce type d’opération, l’établissement financier habituel du vendeur risque d’appliquer un taux de change peu intéressant. En effet, il devrait, en toute logique, appliquer un taux dont la marge est inférieure à celle utilisée pour des montants inférieurs. C’est du moins la politique tarifaire de b-Sharpe. Or, nous observons de plus en plus de situations où ce n’est pas le cas. Aussi, sur certains dossiers, la marge de l’établissement financier habituel peut être 8 à 10 fois plus importante que celle de b-Sharpe sur des montants très importants. En clair, cela signifie des économies potentielles de plusieurs milliers d’euros sur des opérations de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Dans la pratique, cela se passe ainsi :

  • À la vente du bien immobilier, le notaire transfère l’argent sur le compte du client
  • La banque récupère, s’il y a un prêt immobilier, le montant du capital restant dû et autres montants pour solder le prêt.
  • Le client transfère la plus-value (par exemple en CHF) sur le compte en CHF de b-Sharpe pour les changer en euro.
  • b-Sharpe procède au change des francs suisses en euros et transfère l’argent sur le compte du client (sur son compte EUR en Suisse ou en France).
  • Comme il n’y a pas de frais mensuels, b-Sharpe peut être utilisé pour une seule opération sans frais supplémentaires.

#5. Rembourser un prêt immobilier en devises

Une personne possède un prêt en devises dans une banque en France. Il souhaite solder le prêt en le remboursant avec des économies qui sont dans une autre devise, par exemple en euros. Comme le prêt est en francs suisses, il faut changer ces euros en francs suisses pour pouvoir rembourser le prêt immobilier.

Le remboursement d’un prêt immobilier en devises en pratique (cas d’un bien immobilier en France) :

  • La vente de l’appartement est conclue en euros. Le montant est versé par les acheteurs chez le notaire.

1er cas : il existe une garantie hypothécaire ou un privilège de prêteur de denier (PPD). Le notaire doit obligatoirement envoyer les fonds à la banque dès la conclusion de la vente. Dans ce cas, il n’y a aucune possibilité pour le vendeur de procéder lui-même au change, puisqu’il ne voit même pas passer l’argent sur son compte.

2ème cas : la garantie est faite sous forme de caution (représente 80% des prêts). Dans ce cas, le notaire doit envoyer l’argent sur l’un des comptes du vendeur, peu importe que ce compte soit dans la banque du prêt ou non. Dans la plupart de cas, la banque incitera fortement son client à effectuer le change dans son propre établissement, mais il n’a aucune obligation de le faire. L’offre de prêt précisant que le client doit rembourser le prêt une fois la vente effectuée, il a bien l’obligation de la faire, mais aucune de faire le change.

  • Le vendeur communique au notaire un compte en euro sur lequel verser le fruit de la vente.
  • Le vendeur effectue un transfert sur le compte en euros de b-Sharpe
  • b-Sharpe effectue la conversion euro franc suisse, et transfère les francs suisses sur le compte transmis par le vendeur
  • le vendeur rembourse le prêt auprès de sa banque

> S’inscrire chez b-Sharpe

Fiscalité & remboursement d’impôts

#6. Changer le montant d’impôt remboursé dans le cadre d’une demande de rectification

Un frontalier travaillant à Genève est soumis à l’impôt à la source (l’argent des impôts est prélevé tous les mois directement sur le salaire). Il peut, avant le 31 mars, demander une rectification de l’impôt au titre de l’impôt sur le revenu de l’année précédente. Cette rectification peut notamment se faire dans le cadre du statut de quasi-résident, un statut spécifique qui permet aux frontaliers qui y sont éligibles de bénéficier de barèmes et déductions plus favorables, ou dans un cadre plus standard (rectification liée au barème, au rachat d’un 2ème pilier ou à la souscription d’un 3ème pilier par exemple). Suivant les cas, une demande de rectification peut permettre de récupérer un montant non négligeable de l’impôt versé. C’est même parfois l’intégralité de l’impôt qui est récupéré.

Comment cela fonctionne en pratique :

  • Le travailleur frontalier fait sa demande de rectification auprès de l’Office cantonal des Impôts
  • L’Office cantonal des Impôts rembourse le contribuable frontalier sur son compte en francs suisses
  • L’argent est transféré par le client sur le compte b-Sharpe
  • b-Sharpe procède au change en euros et verse l’argent sur le compte en France ou ailleurs

Expatriation / Études / installation en Suisse ou dans un autre pays

#7. Disposer de fonds en devises locales pour son installation en Suisse

Les expatriés qui s’installent en Suisse ont en général besoin de francs suisses pour leurs 1res dépenses. Par ailleurs, il arrive que ces personnes aient besoin de sommes plus importantes, par exemple pour l’achat d’une voiture à leur arrivée.
Venant de pays étrangers, ces expatriés auront besoin de francs suisses. En passant par leur banque d’origine, ces expatriés se verront appliquer des frais de change conséquent. Il est ainsi préférable de passer par un spécialiste du change de devises comme b-Sharpe.

Comment faire en pratique pour changer des fonds quand on s’installe en Suisse :

  • Quelques jours avant son arrivée, l’expatrié s’inscrit chez b-Sharpe
  • À son arrivée en Suisse, il suffit de transférer sur un compte b-Sharpe (en livres sterling par exemple) les GBP à changer en francs suisses
  • b-Sharpe change les livres sterling en francs suisses, et les transfère sur le compte en CHF dans sa banque suisse.

> S’inscrire chez b-Sharpe et commencer ses opérations de change

#8. Transférer de l’argent à son enfant qui étudie à l’étranger

Votre enfant est parti à l’étranger s’expatrier pour faire ses études ? Félicitations ! Beaucoup de parents envoient de l’argent à leurs enfants étudiants, que ce soit pour régler les frais d’écolage (de scolarité) ou pour les dépenses quotidiennes comme le loyer ou la nourriture.

Comment cela se passe en pratique pour transférer des fonds à son enfant qui étudie à l’étranger :

  • Les parents s’inscrivent sur le site b-Sharpe
  • Ils transfèrent sur le compte b-Sharpe la devise qu’ils souhaitent changer, et précisent à b-Sharpe la devise qu’ils souhaitent recevoir.
  • À réception de l’argent des parents, b-Sharpe procède au change et le transfère sur le compte mentionné. Dans le cas où il faut régler des frais de scolarité, il suffit de transmettre à b-Sharpe les coordonnées bancaires de l’école (IBAN ou numéro de compte), et b-Sharpe se charge de tout !

Retraite / rapatriement de 2ème ou 3ème pilier

#9. Changer sa retraite (AVS et/ou 2ème pilier s’il est pris sous forme de rente)

Le moment de la retraite est venu, et certains frontaliers ou résidents en Suisse au moment de leur activité professionnelle vont prendre leur retraite dans un autre pays que la Suisse, en France ou ailleurs. Ces personnes vont toucher tout ou partie de leur AVS en CHF, et devront effectuer le change pour les dépenses dans le pays où la retraite est prise. Par ailleurs, si le 2ème pilier est pris sous forme de rente, ce sera également le cas.

Comment rapatrier, quand on est retraité, sa rente AVS LPP pour la changer dans une autre devise que le CHF ?

  • À réception de la pension en CHF sur son compte en Suisse, le retraité fait un virement sur le compte en CHF de b-Sharpe
  • À réception de l’argent, b-Sharpe opère la conversion en euros
  • b-Sharpe transfère sans frais les euros sur le compte en euros dans la banque en France ou dans un pays de l’Union européenne (la conversion peut se faire dans une autre devise et le transfert dans un autre pays selon les besoins et le lieu de résidence du retraité. Dans ce cas, les frais de transfert sont réduits – virement Swift international).

#10. Changer l’argent rapatrié dans le cadre d’un 2ème ou 3ème pilier

Certains retraités prendront l’option de ne pas prendre leur 2ème pilier en rente, mais en capital, la retraite venue. Dans ce cas, si le retraité réside hors de Suisse, il aura également probablement besoin de changer les francs suisses de ce capital retraite dans une autre monnaie. Ce besoin est exactement le même dans le cadre d’un 3ème pilier que le retraité aurait constitué au cours de sa carrière professionnelle.

Comment rapatrier et changer son 2ème ou son 3ème pilier pour le changer dans une autre devise que le franc suisse ?

  • La Caisse de pension ou la compagnie d’assurance transfèrera l’argent sur un compte en CHF
  • Le retraité, à réception des fonds, vire les francs suisses qu’il souhaite changer sur le compte en francs suisses de b-Sharpe
  • b-Sharpe, après avoir réceptionné l’argent du retraité, effectue la conversion des francs suisses en euros et les transfère sur le compte en euro
    (l’opération peut aussi être effectuée dans une autre devise, sur un autre compte, dans un autre pays)

Héritage perçu de l’étranger

#11. Changer le montant récupéré dans le cadre d’un héritage

Dans certains cas, un héritage peut vous être versé après le décès d’un membre de votre famille vivant à l’étranger (et en partant du principe que le montant est dans une devise qui n’est pas celle que vous utilisez habituellement).
Dans ce cas, l’utilisation d’un service comme b-Sharpe peut être particulièrement utile puisqu’il permettra de percevoir les montants dans le cadre de son compte multi-devises, évitant que les fonds d’une devise soient versés sur le compte exprimé dans une autre devise, avec à la clé un taux de change et des frais très élevés.

En pratique, voici comment se passe le change d’un héritage perçu de l’étranger (prenons l’exemple d’une personne résidant en Suisse et recevant un héritage depuis la France) :

  • L’héritage est versé en euros sur le compte de l’héritier.
  • Le bénéficiaire transfère sur le compte de b-Sharpe le montant qu’il souhaite changer en francs suisses
  • b-Sharpe opère la conversion euro francs suisses
  • b-Sharpe transfère sans frais sur son compte en CHF du bénéficiaire, le montant de l’héritage changé

Achat d’un véhicule à l’étranger dans une autre devise

#12. Acheter un véhicule (voiture, moto) à l’étranger

Il est de plus en plus intéressant d’acheter une voiture dans le cadre d’une importation. Si l’acheteur ne passe pas par un importateur, il devra effectuer lui-même le change pour régler le vendeur. Les montants étant importants, les frais de change peuvent être significativement élevés, et passer par un intermédiaire financier comme b-Sharpe vous permettra de réaliser de substantielles économies.

En pratique, voici comment pourrait se passer une opération de change dans le cadre de l’achat d’un véhicule à l’étranger (prenons par exemple le cas d’une personne qui habite en Suisse et qui achète une voiture en Autriche, qu’il doit régler en euros) :

  • L’acheteur contacte b-Sharpe et fixe en amont le taux de change EUR CHF
  • L’acheteur transfère à b-Sharpe les francs suisses sur le compte b-Sharpe en CHF
  • b-Sharpe procède à la conversion du montant
  • b-Sharpe transfère les euros sur le compte du vendeur s’il s’agit d’un professionnel, ou sur le compte en euros de l’acheteur s’il s’agit d’un particulier.

Entreprise / Exportation – importation

#13. Régler un fournisseur dans une devise spécifique

Les PME, dans le cadre de leur activité commerciale, doivent parfois jongler avec plusieurs devises pour régler leurs fournisseurs. Dans ce cadre, il peut être intéressant d’utiliser les services de b-Sharpe qui permet, grâce à un compte multi-devises, de régler les factures dans presque n’importe quelle devise.

En pratique, voici comment une PME peut utiliser b-Sharpe pour régler ses factures en devises étrangères :

  • L’entreprise transmet à b-Sharpe les éléments de facturation de son fournisseur (montant, devise, facture, IBAN…). Supposons par exemple qu’une PME suisse souhaiter régler une facture en dollars pour une société aux États-Unis.
  • L’entreprise transfère à b-Sharpe les fonds (ici des francs suisses à changer en dollars) sur le compte en CHF de b-Sharpe
  • b-Sharpe procède au change
  • b-Sharpe se charge d’effectuer, au nom de la société cliente, le paiement en transférant les dollars sur le compte du fournisseur
  • Le fournisseur verra ainsi un paiement en dollars, effectué par b-Sharpe, avec les références de la PME et de la facture

> S’inscrire chez b-Sharpe et commencer ses opérations de change

#14. Constituer le capital d’une société que l’on créé

Dans le cadre d’une extension de son activité commerciale, une société peut vouloir s’implanter dans un pays. Dans la plupart des cas, l’entreprise devra constituer un capital, qui doit être en devises locales. Les montants peuvent ici être relativement importants, et un service comme b-Sharpe prend ici tout son sens puisqu’il permet d’économiser un montant significatif en frais de change.

Voici comment se passe en pratique la création d’une société en Suisse et la constitution du capital (prenons le cas concret d’une société française qui s’implante en Suisse avec la constitution d’un capital de CHF 400’000.-) :

  • L’entreprise française contacte en amont b-Sharpe et lui communique le montant en francs suisses qu’il souhaite obtenir (en effet, si le capital de la société est connu, le notaire prendra des frais qui peuvent être inclus dans le montant à transférer.
  • b-Sharpe et l’entreprise se mettent d’accord sur le taux de change à appliquer, et dans le même temps b-Sharpe communique à l’entreprise le montant en euros qu’elle doit transférer
  • L’entreprise transfère à b-Sharpe les euros sur le compte en euros de b-Sharpe, et à réception, b-Sharpe les change en francs suisses.
  • b-Sharpe transfère sans frais les francs suisses sur le compte du notaire en Suisse en charge de la constitution du capital.

 

À vous maintenant : Si vous utilisez b-Sharpe d’une manière que nous n’avons pas décrite, dites-le nous !

crédit photo : Fotolia lpictures

Derniers articles

Faites un commentaire

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte